Ariège: Détenus illégalement selon l'ONCFS, plus de 60 oiseaux protégés relâchés en pleine nature

TRAFIC ANIMAUX Au cours de trois perquisitions chez des particuliers d’Ariège, les agents de l’Office national de la chasse et la faune sauvage ont découvert plus de 60 oiseaux détenus illégalement

Beatrice Colin

— 

Un bouvreuil sur une branche. (Illustration)
Un bouvreuil sur une branche. (Illustration) — Pixabay / Oldiefan

EDIT : Une des personnes concernées par ces perquisitions indique que les oiseaux protégés étaient bagués et ont été achetés à l’étranger en toute légalité.

Ils abritaient des oiseaux protégés dans des cages et volières. Des Ariégeois ont vu débarquer chez eux les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Au cours de trois perquisitions, menées entre décembre et mai sur deux communes de la Haute-Ariège, plus de 60 oiseaux détenus « illégalement » selon l’ONCFS ont été retrouvés. Bouvreuils, chardonnerets élégants, tarins des aulnes ou encore fauvettes à tête noire se trouvaient chez ces particuliers.

« La présence de dispositifs de capture chez l’un des mis en cause faisait peser le soupçon d’un probable enlèvement des oiseaux dans le milieu naturel », indique l’ONCFS. L’ensemble des oiseaux ont été relâchés, tandis que les sept tortues d’Hermann ont été confiées à un centre de soins spécialisé, en Haute-Garonne.

Moins 64 % de bouvreuils depuis 1989

Selon l’Office, « certaines de ces espèces ont subi une baisse dramatique de leurs effectifs dans le milieu naturel : de l’ordre de 40 % pour le chardonneret élégant et de 64 % pour le bouvreuil sur la période 1989 à 2014 ».

Les détenteurs de ces espèces encourent jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 150.000 d’amendes. La procédure est toujours en cours, entre les mains du procureur de la République.