Unesco: Les Terres australes et antarctiques françaises devraient bientôt être inscrites au patrimoine mondial

NATURE L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a reconnu la « valeur universelle exceptionnelle » de ces terres situées à plus de 2.000 kilomètres de tout continent 

20 Minutes avec agences

— 

L'archipel des Kerguelen constitue l'un des cinq districts du territoire des Terres Australes et Antarctiques Françaises.
L'archipel des Kerguelen constitue l'un des cinq districts du territoire des Terres Australes et Antarctiques Françaises. — SOPHIE LAUTIER / AFP

Une partie des Terres australes et antarctiques françaises devrait être prochainement inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a en effet émis un avis favorable, a-t-on appris ce mardi auprès de cet organisme et de Ségolène Royal, ambassadrice des Pôles.

Basé au sud de l’océan Indien, le site candidat inclut l’archipel Crozet, les îles Kerguelen et Saint-Paul et Amsterdam, ainsi qu’une large partie des zones économiques exclusives (ZEE) de ces territoires.

Une biodiversité exceptionnelle

L’UICN a reconnu la « valeur universelle exceptionnelle » de ce site, notamment pour « la beauté de ses paysages », sa biodiversité – avec une forte concentration de manchots royaux par exemple – et son « intégrité », a déclaré Thierry Lefebvre, chargé de programme « Aires protégées » au sein de l’organisme. Le lieu est « presque sauvage » avec peu d’impacts humains, a-t-il ajouté. Situées à plus de 2.000 kilomètres de tout continent, ces terres comptent en effet moins de 200 habitants.

« Historiquement, lorsque des avis favorables sont émis par un organisme consultatif [sur les biens naturels pour l’UICN], ils sont suivis par les Etats membres du Comité du patrimoine mondial », a encore précisé Thierry Lefebvre. Ce Comité, composé de 21 pays, doit se réunir du 30 juin au 10 juillet à Bakou (Azerbaïdjan).

« Un effet de projecteur extraordinaire »

Le site en question s’étend sur un périmètre de près de 673.000 km2, essentiellement marin, qui correspond à celui de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises. Il s’agit de l’une des plus grandes aires marines protégées à l’échelle mondiale, créée en décembre 2016 par Ségolène Royal.

Pour l’ex-ministre de l’Ecologie, cette inscription au patrimoine mondial va « avoir un effet de projecteur extraordinaire » et va permettre de « renforcer la réglementation sur la surpêche » et « la limitation du tourisme de masse ». C’est « un lieu d’alerte », une « vigie face au réchauffement climatique », ajoute-t-elle.