Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
MONTAGNEUn avion de tourisme se pose de manière «inadmissible» près du Mont-Blanc

Un avion se pose près du Mont-Blanc… Le maire de Chamonix peste contre «une atteinte intolérable à l’environnement»

MONTAGNE
Un avion de tourisme s’est posé illégalement à 400 mètres du sommet du Mont-Blanc mardi. Un improbable épisode qui a agacé Eric Fournier, le maire de Chamonix
Photo d'illustration d'un hélicoptère du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) au Mont-Blanc.
Photo d'illustration d'un hélicoptère du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) au Mont-Blanc. - J. PACHOUD / AFP
J.Lau.

J.Lau.

Le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix s’est empressé d’intervenir en hélicoptère mardi. Un avion de tourisme s’est en effet posé en toute illégalité, à seulement 400 mètres du sommet du Mont-Blanc. Selon Le Dauphiné Libéré, deux Suisses étaient à bord de l’engin et les gendarmes ont relevé leur identité ainsi que l’immatriculation de leur avion en vue d’une prochaine sanction.

« Le moteur était éteint et les gens étaient en train de monter au Mont-Blanc en technique alpine. Quand ils ont vu notre hélicoptère, ils sont revenus à leur appareil », raconte Stéphane Bozon, lieutenant-colonel du PGHM. Leur infraction est aussi rare que floue au niveau de la législation, touchant à la fois « au code de l’environnement et aux règles de l’aviation civile » d’après Stéphane Bozon, cité par Le Dauphiné Libéré.

ATTERRISSAGE SAUVAGE D'UN AVION AU PIED DU MONT BLANC Un avion de tourisme s'est posé ce matin au pied du sommet du mont...

Posted by Mairie de Chamonix-Mont-Blanc on Tuesday, June 18, 2019

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Maire de Chamonix, Eric Fournier n’a pas tardé à réagir vivement sur le compte Facebook de la commune haut-savoyarde, après cet « atterrissage sauvage », aussi qualifiée de « provocation ». « Ce comportement inédit est proprement inadmissible, estime-t-il. Il constitue une atteinte intolérable à l’environnement de haute montagne et à toutes les mesures de protection existantes. »

Sujets liés