Un avion se pose près du Mont-Blanc… Le maire de Chamonix peste contre «une atteinte intolérable à l’environnement»

MONTAGNE Un avion de tourisme s’est posé illégalement à 400 mètres du sommet du Mont-Blanc mardi. Un improbable épisode qui a agacé Eric Fournier, le maire de Chamonix

J.Lau.

— 

Photo d'illustration d'un hélicoptère du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) au Mont-Blanc.
Photo d'illustration d'un hélicoptère du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) au Mont-Blanc. — JEFF PACHOUD / AFP

Le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix s’est empressé d’intervenir en hélicoptère mardi. Un avion de tourisme s’est en effet posé en toute illégalité, à seulement 400 mètres du sommet du Mont-Blanc. Selon Le Dauphiné Libéré, deux Suisses étaient à bord de l’engin et les gendarmes ont relevé leur identité ainsi que l’immatriculation de leur avion en vue d’une prochaine sanction.

« Le moteur était éteint et les gens étaient en train de monter au Mont-Blanc en technique alpine. Quand ils ont vu notre hélicoptère, ils sont revenus à leur appareil », raconte Stéphane Bozon, lieutenant-colonel du PGHM. Leur infraction est aussi rare que floue au niveau de la législation, touchant à la fois « au code de l’environnement et aux règles de l’aviation civile » d’après Stéphane Bozon, cité par Le Dauphiné Libéré.

Maire de Chamonix, Eric Fournier n’a pas tardé à réagir vivement sur le compte Facebook de la commune haut-savoyarde, après cet « atterrissage sauvage », aussi qualifiée de « provocation ». « Ce comportement inédit est proprement inadmissible, estime-t-il. Il constitue une atteinte intolérable à l’environnement de haute montagne et à toutes les mesures de protection existantes. »