VIDÉO. Le «roi des orages» reviendra dans le sud cet été, c'est une «quasi-certitude»

INTEMPERIES Les violents orages de grêle qui ont touché le sud-est de la France la semaine dernière risquent bien de revenir dans la même zone cet été, selon les météorologues

Raphaël Khayat

— 

Des éclairs lors d'un orage (illustration).
Des éclairs lors d'un orage (illustration). — Xavier Delorme
  • De violents orages ont touché le sud-est de la France la semaine dernière.
  • Certaines villes comme Romans-sur-Isère ont été ravagées par des orages de grêle d’une rare intensité.
  • Les météorologues estiment que le phénomène se reproduira prochainement, probablement dans la même zone géographique.

Certains l’appellent « le roi des orages ». L’orage supercellulaire, le plus violent de tous, peut mener à des phénomènes très dangereux, comme des averses de  grêle et des  tornades. C’est lui qui a touché le sud-est de la France la semaine dernière. Et selon les météorologues, il risque bien de revenir sous peu.

Il est encore difficile pour les experts de mettre la faute sur le réchauffement climatique. « On constate qu’il y a de plus en plus d’évènements météorologiques autour du bassin méditerranéen, mais rien de quantifiable ou en rapport avec les évènements survenus dans la Drôme », indique Météo France Centre-Est.

« Hausse notable des phénomènes extrêmes »

Même prudence du côté de Paul Marquis, météorologue pour Météo du 13 : « Sans parler de réel lien, on remarque tout de même une hausse notable des phénomènes extrêmes. La semaine dernière, le sud de la France a connu des records de chaleur et de froid à 72 heures d’intervalles. Ce sont ces observations qui permettent de prédire le retour de forts orages avec une quasi-certitude. »

Selon le météorologue, ce type d’orage est typique du continent américain. « Il consiste en la rencontre de deux masses d’air de températures très différentes, explique-t-il. En Amérique, c’est l’air chaud de l’Amérique Latine qui rencontre l’air froid venu du Canada. Ce qu’il s’est passé chez nous, c’est que l’air chaud du sirocco venu du Sahara est venu réchauffer les terres [le thermomètre est monté jusqu’à 41 degrés en Corse, 33 dans le sud-est]. Il s’est heurté à des anomalies d’altitude très froides. » En découlent donc de très violents orages extrêmement localisés, comme ceux visibles dans la Drôme ce samedi.

Ces orages se forment habituellement dans les régions montagneuses. « Ici, ils se sont formés en Ardèche, puis se sont ensuite décalés vers la Drôme, précise Paul Marquis. Le phénomène était tel qu’il a parcouru près de 300 kilomètres en quatre ou cinq heures. » Météo France Centre-Est estime quant à lui que l’orage s’est formé dans le sud-ouest, plus précisément dans les Pyrénées, avant d’arriver dans le sud-est par la région Auvergne Rhône-Alpes.

« Costaud mais pas exceptionnel »

« C’est un épisode costaud, mais pas exceptionnel qui a touché le sud-est, précise l’institution. Il peut donc se reproduire, possiblement dans la même zone. » Un avis partagé par Paul Marquis. « La chaleur étant le carburant de ces orages, on peut s’attendre à des phénomènes similaires de plus en plus fréquents », conclut le prévisionniste.