Les ballons de baudruche servaient à dissimuler la drogue. Illustration.
Les ballons de baudruche servaient à dissimuler la drogue. Illustration. — CB2 / Zob / Wenn.com / Sipa

ENVIRONNEMENT

Nice: Pour lutter contre la pollution, une association veut l’interdiction des lâchers de ballons à l’hélium

Que ce soit pour les commémorations d’hommage ou à usage récréatif, lors des lâchers de ballons, « on balance des déchets directement dans la nature », estime Sébastien Valembois, président de Green

  • Les cérémonies de commémoration ne sont pas les seules concernées. L’association souhaite aussi voir interdire la vente de ballons à l’hélium dans les foires.
  • La semaine prochaine, l’association Green adressera un courrier aux responsables locaux.

Quand Sébastien Valembois apprend que le lâcher de ballons n’est pas inscrit au programme des commémorations d’hommages des trois ans l’attentat de Nice, le 14 juillet 2019, il poste immédiatement un message sur Facebook pour dire qu’il est « heureux ». « Pour le moment, j’ai l’information qu’il n’y aura pas de lâcher de ballons, confirme Thierry Vimal, l’un des co-responsable de l’association de défense des droits des victimes Promenade des Anges. Mais je n’ai pas d’information sur ce positionnement. Je ne pense pas que ce soit pour une raison écologique. »

Peu importe pour Sébastien Valembois : c’est autant de plastique qui ne sera pas relâché dans la nature. Le fondateur et président de l’ association pour la sauvegarde de l’environnement Green milite pour l’interdiction de ces lâchers de ballons, quelles que soient les circonstances.

« Un exemple pour toute la France »

« Les ballons à l’hélium montent dans les airs, explosent au bout de quelques kilomètres et se fragmentent, explique-t-il. On balance des déchets directement dans la nature. C’est une tradition depuis des années, mais face à l’urgence environnementale, il faut changer sa façon de vivre les traditions. » Loin de se positionner dans l’opposition frontale, Sébastien Valembois a adressé un courrier à l’association Promenade des Anges pour faire entendre sa démarche : « Si même l’association de victimes le fait, ce sera un exemple pour toute la France », estime-t-il.

Les cérémonies de commémoration ne sont pas les seules concernées. L’association souhaite aussi voir interdire la vente de ballons à l’hélium dans les foires. « La semaine prochaine, on enverra une lettre ouverte adressée à tous les responsables locaux : la métropole, le département, la région, la préfecture pour expliquer notre engagement », pointe Sébastien Valembois.

Dans les Bouches-du-Rhône, un arrêté porte déjà « sur l’interdiction permanente de lâchers de ballons à usage récréatif, commémoratif ou de loisir » : « Il est temps que ce soit le cas dans les Alpes-Maritimes et dans le reste de la France », espère l’écologiste. Pour ne plus voir les ballons s’envoler et apporter leur plastique dans le ciel. Et polluer l’environnement.