Paris : Nénette, la célèbre orang-outan de la ménagerie du Jardin des plantes, fête ses 50 ans ce dimanche

BON ANNIVERSAIRE La doyenne des primates du zoo parisien est l’un des 15 plus vieux orangs-outans vivant en captivité dans le monde

C.P.

— 

Nénette, l'orang-outan de la ménagerie du Jardin des plantes à Paris le 14 mars 2019.
Nénette, l'orang-outan de la ménagerie du Jardin des plantes à Paris le 14 mars 2019. — AFP

Cinquante bougies, dont 47 soufflées en captivité. Ce dimanche 16 juin, date anniversaire de son arrivée à la ménagerie du  Jardin des plantes (dans le 5e arrondissement de Paris), la célèbre orang-outan Nénette célèbre son anniversaire.

Originaire de Bornéo en Indonésie, la doyenne des primates du zoo parisien avait 3 ans quand elle est arrivée dans la capitale le 16 juin 1972, juste un an avant que la capture des animaux sauvages devienne illégale. Elle est aujourd’hui l’un des 15 plus vieux orangs-outans vivant en captivité dans le monde.

Thé et bricolage

Au programme des festivités ce dimanche : la projection du documentaire Nénette, réalisé en 2009 par Nicolas Philibert, à l’occasion des 40 ans de l’orang-outan, des animations, mais aussi bien sûr un gâteau d’anniversaire qui doit être offert à Nénette vers 14h45, avant la présentation en avant-première de son nouvel enclos.

Dans un récent portrait que lui consacrait Libération, on apprenait notamment que Nénette déguste désormais cinq repas végétariens par jour, qu’elle adore boire du thé, feuilleter des journaux, bricoler et peindre. Mais aussi qu’elle a eu trois « maris », quatre fils, deux petites-filles et deux arrière-petits-enfants vivant aujourd’hui en Espagne ou aux Pays-Bas.

« Fondatrice » dans le programme d’élevage européen

« La ménagerie participe au programme d’élevage européen des orangs-outans, dans lequel Nénette est répertoriée comme "fondatrice" car elle est née dans la nature, donc porteuse de diversité génétique. En s’échangeant des animaux pour assurer un maximum de brassage génétique, les zoos jouent un rôle-clé dans la conservation des espèces menacées. L’idée étant de pouvoir, un jour, les réintroduire dans la nature, si leur milieu est stabilisé ou restauré », rapportait Libération.

Nénette et son bébé Dayu le 16 décembre 1999 au Jardin des Plantes à Paris.
Nénette et son bébé Dayu le 16 décembre 1999 au Jardin des Plantes à Paris. - STEVENS FREDERIC/SIPA

Et il y a urgence. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), les orangs-outans de Bornéo sont une espèce en état critique d'extinction, et pourraient disparaître d’ici à 2050, notamment en raison de l’exploitation de l’huile de palme, qui détruit leur habitat naturel. « En vingt ans, les populations ont perdu 80 % de leur territoire et se sont réduites de moitié, il resterait entre 50.000 et 60.000 orangs-outans de Bornéo », explique la ménagerie parisienne.