Mont Everest: Un Lillois coincé dans les bouchons sur le toit du monde

ALPINISME Avocat au barreau de Lille, Julien Laurent a réalisé l’exploit de gravir l’Everest

Mikael Libert

— 

Un «embouteillage» lors de l'ascension de l'Everest.
Un «embouteillage» lors de l'ascension de l'Everest. — Julien Laurent
  • Avocat lillois, Julien Laurent st passionné d’alpinisme depuis 2013.
  • Il vient de gravir l’Everest, le plus haut sommet du monde.
  • Il a vécu les embouteillages de grimpeurs sur cette montagne mythique.

Un peu plus près des étoiles. Le 22 mai dernier, à 7h40 du matin, Julien Laurent enregistrait un selfie au sommet du mont Everest. Un rêve culminant à 8.848 m d’altitude et que cet avocat lillois de 38 ans a partagé le même jour avec de nombreux autres alpinistes. Aussi étrange que cela puisse paraître, le toit du monde est presque aussi embouteillé que le périphérique lillois un lundi matin.

Le 22 mars 2019, Julien Laurent bouclait son sac pour s’envoler vers Katmandou, au Népal. Son but, gravir le plus haut sommet du monde, le mythique Everest. « En fait, je pratique l’alpinisme depuis 2013, après avoir découvert cette discipline en lisant les récits des grands alpinistes. Mon premier sommet, ça a été le Mont-Blanc », se souvient cet avocat au barreau de Lille. Une expérience qui l’a marquée à tel point que Julien s’est fixé comme objectif d’accrocher à son palmarès les sept plus hauts sommets du monde, « sevent summits » comme ils disent dans le milieu.

Un budget de 46.000 dollars

L’Everest, c’est la cerise sur le gâteau. Une cerise qui demande du temps et de l’argent : « L’expédition a duré deux mois et demi pour un budget de 46.000 dollars, dont 11.000 pour le seul permis d’escalader », explique Julien. Pour autant, cela n’empêche pas les candidats de venir en nombre. « Mi-mai, au camp de base, nous étions environ 350 grimpeurs et au moins autant de sherpas », poursuit le Lillois. Tous attendaient avec impatience une fenêtre météo favorable pour entamer l’ascension finale vers le sommet.

« Les conditions climatiques là-haut sont difficiles et les fenêtres météo sont rares. Il y avait un créneau les 21 et 22 mai et nous ne savions pas quand se présenterait le prochain », affirme-t-il.

Alors, ça a été la ruée. Sur la seule journée du 22 mai, ce sont entre 150 et 200 grimpeurs qui se sont lancés à l’assaut du toit du monde en même temps. « Il y a un passage très technique vers 8.800 m, un chemin large de 30 cm à flanc de montagne où l’on ne peut passer qu’un à la fois. Ceux qui montent y croisent ceux qui redescendent et c’est cela qui génère un embouteillage », explique-t-il.

« J’ai attendu comme ça deux heures dans le vent »

Sauf qu’à cette altitude, on ne patiente pas comme dans un hall de gare : « Il faut sans cesse bouger les mains et les jambes pour éviter les gelures. Il faut aussi baisser sa consommation d’oxygène pour l’économiser. J’ai attendu comme ça deux heures dans le vent avant de pouvoir passer à mon tour », déplore l’avocat.

Le Lillois Julien Laurent au sommet de l'Everest.
Le Lillois Julien Laurent au sommet de l'Everest. - Fatima Deryan

L’autre ombre au tableau, ce sont les déchets. « Au camp 4, le dernier avant le sommet, c’est une vraie décharge. On dirait que des camions poubelles ont été vidés dedans », regrette-t-il. En cause, selon lui, le manque de civisme de certains grimpeurs, la fatigue lorsqu’ils redescendent et les conditions difficiles pour nettoyer les lieux : « J’ai même vu deux cadavres sur les pentes de l’Everest, dont un qui devait être là depuis très longtemps », assure Julien.

Le lillois Julien Laurent sur le camp n°4 de l'Everest.
Le lillois Julien Laurent sur le camp n°4 de l'Everest. - Daphné De Jong

Néanmoins, cela n’a pas gâché son plaisir d’avoir réussi cet exploit, « et du premier coup », se félicite-t-il. Et si aujourd’hui Julien est de retour dans la vie réelle, il a déjà en tête ses prochains objectifs : soit le Puncak Jaya (4.884m), en Papouasie, soit le massif Vinson (4.892 m), en Antarctique.