La Méditerranée quatre fois plus polluée que le 7e continent de plastique

POLLUTION Selon une étude de WWF, 600.000 tonnes de plastiques sont rejetées chaque année en Méditerranée, la France est le plus important producteur de déchets plastiques de la région

Adrien Max

— 

La France déverse à elle seule à 10.000 tonnes de déchets plastiques chaque année en mer Méditerranée.
La France déverse à elle seule à 10.000 tonnes de déchets plastiques chaque année en mer Méditerranée. — B. Horvat / AFP
  • L’ONG WWF rend publique un rapport selon lequel 600.000 tonnes de plastiques sont rejetées chaque année en Méditerranée.
  • Selon l’ONG, la « situation est catastrophique », la Méditerranée est quatre fois plus polluée que le 7e continent de plastique.
  • La France est le premier producteur de plastiques de la région, l’ONG appelle le gouvernement à prendre des mesures pour limiter cette production.

« Une situation catastrophique ». C’est ce que décrit le rapport publié par l’ONG WWF sur la pollution au plastiques en mer Méditerranée, et auquel 20 Minutes a eu accès. A la veille de la journée mondiale de l’Océan, l’ONG souhaite alarmer sur la situation de la mer Méditerranée, souvent considérée comme la mer la plus polluée sur terre.

Cette affirmation n’est pas surévaluée puisque « chaque année 600.000 tonnes de plastiques sont rejetées dans la mer Méditerranée ». « C’est l’équivalent de 34.000 bouteilles de plastiques jetées dans la Méditerranée chaque minute », décrypte Ludovic Frère-Escoffier, responsable du programme vie des océans chez WWF.

 

Quatre fois plus polluée que le 7e continent de plastique

La mer Méditerranée fait ainsi partie de la plus grande zone d’accumulation de déchets plastiques dans le monde. « On estime qu’elle est quatre fois plus polluée que le 7e continent de plastique. C’est moins visible parce que la mer Méditerranée concentre des millions de petites particules de plastiques, sur lesquelles viennent se concentrer les polluants chimiques, aussi très présents en Méditerranée », indique le spécialiste. Le 7e continent de plastiques est un terme de communication pour qualifier les concentrations de plastiques dans les océans du monde, portées par les courants marins.

Cette pollution s’explique notamment par les grosses difficultés en matière de collecte des déchets plastiques dans certains pays du pourtour Méditerranéen, « l’Egypte, la Turquie et l’Italie », cible Ludovic Escoffier. Un problème qui ne concerne pas la France puisqu’elle « parvient à collecter l’essentiel de ses déchets et à limiter les rejets dans la nature ». La problématique nationale se situe d’avantage dans la production de déchets plastiques.

La France, premier producteur de plastiques de la région

« La France est le plus important producteur de déchets plastiques de la région, avec 4,5 millions de tonnes de déchets plastiques produits en 2016, soit 66,6 kg par personne », nous apprend WWF. Parmi ces déchets, seulement 22 % sont recyclés, un taux plus faible que l’Italie, l’Espagne, Israël et la Slovénie, des pays moins puissants économiquement.

C’est justement sur ces deux aspects que la France doit s’améliorer, selon l’ONG. « Nous demandons la mise en place d’une autorité indépendante regroupant l’Etat, des entreprises, des associations, etc... afin de définir un niveau de réduction de la production de plastiques. Il faut fermer certains robinets et c’est au gouvernement de l’initier. Les dernières lois vont dans le bon sens, mais il faut continuer ces efforts », estime Ludovic Frère-Escoffier.

Des mesures ambitieuses attendues

 

La nécessité de développer le réemploi, couplé à un meilleur recyclage sont d’autres axes d’amélioration. « Il faut absolument que les industriels mettent moins d’additifs dans leurs plastiques, en général pour des raisons marketing. Ou qu’ils évitent de mélanger différents types de plastiques pour faciliter leur recyclage », souhaite Ludovic Frère-Escoffier.

C’est pourquoi WWF appelle le gouvernement à annoncer des mesures ambitieuses dans le cadre de la loi anti-gaspillage présentée début juillet. Sollicité, le ministère de la transition écologique n’a pas donné suite à 20 Minutes.