Quelques heures pour transformer votre voiture en véhicule électrique, promesse d’étudiants grenoblois

INNOVATION Leur technique a déjà été testée sur plusieurs gros véhicules polluants

Elisa Frisullo

— 

Les étudiants ont mis au point une technique qui permet de transformer pour moins de 10.000 euros votre voiture en véhicule électrique.
Les étudiants ont mis au point une technique qui permet de transformer pour moins de 10.000 euros votre voiture en véhicule électrique. — Phoenix Mobility
  • Un groupe d’étudiants a créé une start-up qui convertit les voitures en véhicules électriques.
  • Cette métamorphose devrait être réglementée prochainement dans le cadre de la loi sur les mobilités.
  • La technologie des étudiants entrepreneurs s’adresse aux particuliers et aux entreprises.

C’est ce qui s’appelle avoir LA bonne idée au bon moment. Un groupe de cinq étudiants grenoblois et lillois ont mis au point ces derniers mois un système permettant de transformer une voiture classique en véhicule électrique. Une évolution aujourd’hui non réglementée, qui devrait être autorisée en France dès cet été dans le cadre de la loi sur les Mobilités. 

Ces étudiants entrepreneurs ont eu cette idée en 2018, lors de leur deuxième année d’études à Grenoble INP-Ense. Chaque groupe devait alors travailler sur un business plan. « On s’est tout de suite dit avec Philippe, devenu depuis mon associé, qu’il fallait travailler sur un projet qui devait marcher », explique Wadie Maaninou, fondateur et dirigeant de la start-up Phoenix Mobility.

Les 4X4, utilitaires ou citadines

Lui est passionné par l’univers de la voiture. Et son ami, qui est souvent allé au Kenya, a constaté à plusieurs reprises à quel point les 4X4 utilisés pour les Safari sont polluants certes, mais aussi très bruyants. « C’est d’ailleurs là-bas que nous avons fait nos premières preuves de concept », ajoute le jeune entrepreneur.

L'équipe de Phoenix Mobility.
L'équipe de Phoenix Mobility. - Phoenix Mobility

Dans le cadre d’un partenariat avec un parc animalier, plusieurs Jeeps ont ainsi été transformées avec succès. « Une fois que l’on a fait le diagnostic sur le véhicule qui nous est confié, nous retirons la chaîne de traction du véhicule thermique (réservoir d’essence, moteur…). Puis nous installons une chaîne de traction électrique, avec un moteur et des batteries », détaille Wadie.

Pour moins de 10.000 euros

Incubée par Transalley et soutenue par leur école de Grenoble et Pépite Ozer, la start-up qui a remporté plusieurs prix de l’innovation, souhaite lancer sa première offre commerciale dès la rentrée après une série de tests sur prototypes prévus cet été avec des entreprises intéressées pour transformer leur flotte de véhicules. « Notre objectif, c’est d’être en mesure rapidement de transformer un véhicule pour moins de 10.000 euros. Aujourd’hui, nous mettons une petite semaine pour le faire, mais dans quelques mois, nous devrions être capables de le faire en une journée », ajoute l’étudiant.

L'une des voitures transformées au Kenya par les étudiants de Grenoble.
L'une des voitures transformées au Kenya par les étudiants de Grenoble. - Pheonix Mobilité

Leur cible ? Monsieur et Madame tout le monde et les entreprises, avec en ligne de mire, pour commencer, les gros véhicules les plus polluants. « Les 4X4, les utilitaires, qui consomment beaucoup, polluent et seront bannis prochainement, lorsque ce n’est pas déjà le cas, des centres-villes », ajoute l’ingénieur.

Depuis le mois d’avril, plusieurs sociétés ayant eu vent du système ont déjà contacté la start-up et des particuliers ont réalisé des devis gratuits en ligne pour s’assurer notamment que leur auto pourrait être transformée à court terme, selon Pheonix Mobility.

Au-delà de l’enjeu environnemental, les concepteurs, qui ont déposé leur marque, comptent sur l’aspect financier pour convaincre. « Une fois transformé, le véhicule est reparti pour dix-quinze ans. Les composants électriques s’usent beaucoup moins vite que les composants thermiques », assure Wadi. Sans compter les économies réalisées sur les frais de carburant, de réparation ou de maintenance d’une voiture classique.

 

Bêtes de concours

En 2018 et 2019, Wadie, Philippe, Sylvain, Rafaël et Antoine ont participé à plusieurs concours récompensant l’innovation. Les étudiants, qui ont investi 25.000 euros de fonds propres pour lancer leur start-up, ont ainsi reçu en un an 50.000 euros de récompenses qui ont permis de financer la transformation de plusieurs véhicules prototypes. D’ici à la fin de l’année, une fois leur offre commerciale lancée, ils devraient organiser une levée de fonds pour obtenir entre un et deux millions auprès d’investisseurs.