Toulouse: Un milan noir, blessé et soigné par l'école vétérinaire, suivi à la trace grâce à une mini-balise

TECHNOLOGIES Pour la première fois, l’école vétérinaire de Toulouse va relâcher un rapace qu’elle a soigné et le suivre à la trace grâce à une balise miniaturisée

Beatrice Colin

— 

Un milan noir en vol.
Un milan noir en vol. — SUPERSTOCK/SIPA

Après l’avoir récupéré dans un sale état, ils l’ont remis sur pied. Ce mardi, les membres de la clinique des NAC et de la faune sauvage de l’école vétérinaire de Toulouse rendront sa liberté à un milan noir. Ils ne le perdront pas non plus de vue complètement.

Ce rapace sera équipé d’une balise connectée mise au point par la société Xerius, installée sur la commune de Saint-Jean. Baptisé Tille par les étudiants, il prendra son envol à 14h de l’école.

« Lorsqu’il nous a été apporté, nous avons constaté qu’il avait une ancienne fracture et qu’il était criblé de plomb. Les plaies étaient cicatrisées, nous n’avons pas pu tout enlever. Grâce à la balise, nous allons pouvoir suivre sa migration vers l’Afrique, voir si malgré le plomb il peut la faire correctement », explique Guillaume Le Loc’h de l’école vétérinaire, pour qui c’est une première.

Déjà testé sur des flamants roses du zoo

Le suivi pourra aussi donner des indications sur le lieu de nidification. La société Xerius suit déjà des flamants roses du zoo de Plaisance-du-Touch qu’elle a équipé de traceurs miniaturisés. Ces oiseaux-là sont sédentaires, alors que le milan noir va poursuivre sa route.

Tout comme la mouette que la clinique a récupéré et qui selon sa bague venait du Danemark. Chaque année, elle s’occupe ainsi de plus de 2.000 animaux sauvages ou de type NAC, dont pas mal de hérissons.