Le déclin des abeilles est une menace pour la sécurité alimentaire mondiale, selon la FAO

BIODIVERSITE L’Agence des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation demande notamment aux pays de « protéger ces alliés indispensables dans la lutte contre la faim et la malnutrition » 

20 Minutes avec agences

— 

Le déclin des populations d'abeilles est une menace sérieuse pour les plantes, selon la FAO.
Le déclin des populations d'abeilles est une menace sérieuse pour les plantes, selon la FAO. — PixaBay

« Les abeilles sont grandement menacées par les effets combinés du changement climatique, de l’agriculture intensive, de l’usage de pesticides, de la perte en biodiversité et de la pollution ». Tel est le constat dressé dans un communiqué par José Graziano da Silva, directeur général l’Agence des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO).

Ce lundi, à l’occasion de la Journée mondiale des abeilles, l’organisation a souligné que le déclin de ces insectes représente une « menace sérieuse » pour les plantes. La FAO demande aux pays « de faire davantage » pour « protéger ces alliés indispensables dans la lutte contre la faim et la malnutrition ».

Vers des « régimes alimentaires déséquilibrés »

Selon José Graziano da Silva, « l’absence d’abeilles et d’autres pollinisateurs » qui participent à la fécondation et donc à la reproduction des plantes, « reviendrait à anéantir les cultures de café, pommes, amandes, tomates ou cacao » notamment. Si la tendance au déclin se poursuivait, « les fruits, les noix et autres légumes » pourraient se voir remplacer « par des cultures vivrières comme le riz, le maïs et les pommes de terre » qui favorisent « les régimes alimentaires déséquilibrés ».

José Graziano da Silva a ainsi appelé les pays membres à « s’orienter vers des politiques alimentaires et des systèmes durables en faveur des pollinisateurs ». « Le fait même de faire pousser des fleurs chez soi contribue à cet effort en donnant à manger aux abeilles », a-t-il expliqué.