Toulouse: Les apiculteurs ont le bourdon, ils envoient des cadavres d'abeilles à Macron

PAS BUZZZ A l’occasion de la journée mondiale de l’abeille, le syndicat des apiculteurs de Midi-Pyrénées a décidé de mener une action symbolique pour rappeler au gouvernement et à Emmanuel Macron ses promesses

Beatrice Colin

— 

Le syndicat
Le syndicat — Syndicat Apiculteurs Midi-Pyrénées

Voilà un courrier piquant envoyé aux membres du gouvernement et à Emmanuel Macron. A l’occasion de la journée mondiale de l’abeille, les apiculteurs de Midi-Pyrénées ont décidé de monter au créneau pour « dénoncer les promesses non tenues du gouvernement », explique leur président, Olivier Fernandez.

En mai 2018, ce Toulousain avait envoyé un courrier officiel à Matignon faisant acte de candidature au poste de ministre de l’Agriculture, laissé vacant par Stéphane Travert.

Cette année, le courrier est un peu moins humoristique, tout comme le contenu : des abeilles mortes. En France, l’équivalent de 67 millions de butineuses disparaissent chaque jour à cause de divers fléaux, que ce soit les frelons asiatiques ou les pesticides.

Dérogation pour les néonicotinoïdes

« Il y a un an, nous avions été reçus à Matignon. Aujourd’hui, le constat, c’est que beaucoup de promesses n’ont pas été tenues, notamment sur la fin du glyphosate d’ici trois ans. Sur l’interdiction d’utiliser des insecticides néonicotinoïdes, ils viennent même d’autoriser des dérogations sur la figue, la noisette et le navet », fustige Olivier Fernandez, qui est aussi secrétaire du Syndicat national d’apiculture.

Ce premier envoi sera suivi cette année de nombreux autres. Chaque semaine, des apiculteurs d’un peu partout enverront leur cercueil épistolaire pour que leur combat soit pris en compte.