Aymeric Caron dézingue Corinne Lepage, l’avocate de Nausicaa

ANIMAUX Selon le médiatique défenseur de la cause animale, sa tribune contre Nausicaa a été censurée par le journal «Libération»

Mikaël Libert

— 

Aymeric Caron a rédigé une tribune contre Nausicaa.
Aymeric Caron a rédigé une tribune contre Nausicaa. — C.GONTHIER / 20 MINUTES
  • Aymeric Caron a écrit une tribune après la mort des requins marteaux de Nausicaa.
  • Le texte étrille par ailleurs Corinne Lepage, l’avocate de l’aquarium.
  • Le journaliste défenseur de la cause animale dénonce une « censure » de Libération à qui la tribune était destinée.

Règlements de comptes à coups de requins marteaux. Aymeric Caron s’est invité, ce jeudi, dans le concert de critiques qui ont suivi l’annonce de la mort du dernier requin-marteau de Nausicaa. Le journaliste, chroniqueur et défenseur de la cause animale a rédigé une tribune pour dire tout le mal qu’il pensait du plus grand aquarium d’Europe. Un long texte qui devait être publié dans Libération et dans lequel il étrille au passage Corinne Lepage, l’avocate de Nausicaa. Sauf qu’Aymeric Caron affirme avoir été victime de « censure » de la part du quotidien.

L’affaire des requins marteaux de Nausicaa, nous en avons déjà parlé. La dernière actualité en date à ce sujet, c’était le dépôt d’une plainte de l’ONG Sea Shepherd, lundi, pour « sévices graves et non respect de la réglementation sur la détention des animaux sauvages en captivité, ayant entraîné la mort ». Dans la foulée, Nausicaa avait pris acte de cette plainte et annoncé que l’ancienne ministre de l’Environnement et avocate, Corinne Lepage, allait assurer sa défense.

« Une surprenante indifférence »

C’est au moins autant ce dernier fait que la mort des requins qui a poussé Aymeric Caron à réagir. Dans la tribune, refusée par Libé mais que l’on peut lire sur le site komodo.tv, Aymeric Caron déclare que « sur la question animale, [Corinne Lepage] affiche une surprenante indifférence ». Vegan assumé, Aymeric Caron déplore que l’avocate relativise « une tentative de reproduction d’animaux menacés qui n’a pas marché » en la comparant au « nombre d’ailerons de requin coupés en petits morceaux dans le monde ». Pour lui, il s’agit d’une « hécatombe » dans les deux cas.

A la « présidente d’un parti à prétentions écologiques », le journaliste répond que sa « pensée sur la condition animale est restée bloquée dans l’ancien temps de l’écologie ». Il affirme aussi que les animaux « sont des personnes qui toutes, comme vous et moi, souhaitent vivre, et vivre dans des conditions qui permettent l’épanouissement ».

« Une affaire de gros sous »

Le dernier tacle d’Aymeric Caron est quand même pour Nausicaa quand il regrette que sa raison d’être est davantage « une affaire de gros sous » que la sensibilisation du « plus grand nombre à la préservation de l’Océan ».

A nos confrères de La Voix du Nord, Libération a affirmé qu’il ne s’agissait pas de censure. Selon le quotidien national, la tribune d’Aymeric Caron a été refusée parce qu’elle contenait des « attaques assez personnelles et directes » contre Corinne Lepage au lieu de traiter des « conditions de vie des poissons dans les aquariums ».