Illustration d'une orque à Marineland.
Illustration d'une orque à Marineland. — Valery Hache AFP

ANIMAUX

Antibes: Un ancien soigneur de Marineland raconte «l'enfer en captivité» des orques

John Hargrove lutte désormais contre la captivité de ces grands mammifères marins

Il a d’abord été soigneur d’orques. Il est aujourd’hui un fervent défenseur de la cause animale. Dans les colonnes de Nice-Matin, John Hargrove témoigne de son expérience auprès de ces grands mammifères marins noir et blanc, notamment sur les conditions de captivité des orques de Marineland d' Antibes, où il a exercé.

« Ces grands animaux, qui vivent dans les océans, se retrouvent dans des boîtes en béton, perclus quotidiennement de médicaments pour soigner leur dépression. Rien ne pourrait être plus éloigné de leur milieu naturel que ces bassins traités chimiquement, estime-t-il. Je me souviens de cette masse de chlore utilisée pour que l’eau soit claire et que le grand public puisse les observer. » Avant d’arriver à Marineland en 2001, John Hargrove a été dresseur dans le parc de San Diego en Californie.

« Aucune n’est jamais morte de vieillesse »

« Notre rôle était de manipuler le public. Le show n’est que mensonges. Ce n’est pas la réalité. Les orques vivent l’enfer en captivité, pointe-t-il. Où que ce soit dans le monde, et sans exception, chaque orque capturée pour les besoins d’un parc est morte de maladie. Aucune n’est jamais morte de vieillesse. Ce fait devrait parler de lui-même. » Marineland est le plus grand parc marin d’Europe. A côté du bassin des orques évoluent entre autres des dauphins et des ours polaires.

C’est pour ces animaux que l’association anti-captivité One Voice organisait mardi soir un rassemblement devant la mairie d’Antibes pour la défense des droits des animaux. Le mois dernier, ses responsables avaient déposé une plainte pour « cruautés sur un animal » auprès du parquet de Grasse.

« Aucune preuve scientifique »

Marineland s’est défendu auprès de Nice-Matin via un communiqué de presse. Le parc déclare que les orques « bénéficient d’enrichissements environnementaux, de sessions d’apprentissage répondant à leurs besoins physiques et intellectuels, de moments de jeux (…) Tout cela leur est proposé sans aucune contrainte de participation. Les soigneurs proposent, les animaux disposent. »

Et aussi : « Il n’existe aucune preuve scientifique du fait que la captivité causerait une baisse du système immunitaire chez les animaux nés en structure zoologique, écrivent-ils. À ce jour, Inouk n’a aucun problème médical. » Le bassin d’Antibes est l’un des plus grands du monde.