Littoral: D'Arcachon à Saint-Barth, la start-up Wave Bumper veut mater les vagues lors de tempêtes

INNOVATION Une start-up bayonnaise a mis en place un procédé de digue amovible pour protéger les bâtiments et les villes du littoral lors de tempêtes

Mickaël Bosredon

— 

Le système Wave Bumper est un dispositif de digue amovible pour lutter contre les submersions lors de tempêtes.
Le système Wave Bumper est un dispositif de digue amovible pour lutter contre les submersions lors de tempêtes. — Wave Bumper
  • La start-up Wave Bumper a vu le jour en 2017, en réponse aux dégâts causés par plusieurs tempêtes lors de l’hiver 2013-2014 sur le Pays basque.
  • Romain Chapron a créé un dispositif de digue qui s’installe et se démonte très rapidement pour ne pas dégrader le littoral.
  • Depuis quelques mois elle commence à équiper des collectivités et s’exporte même jusque dans les Caraïbes.

Deux ans à peine après sa création, le système breveté Wave Bumper est en train de conquérir les littoraux, de la côte Atlantique jusqu’aux Caraïbes. Ce dispositif amovible lancé par Romain Chapron, permet  de protéger des vagues les bâtiments implantés le long des côtes, lors d’alertes submersion. Et face à l’accélération de ces phénomènes climatiques, on se bouscule au portillon pour s’équiper de ces blocs en matériau composite.

« J’ai eu l’idée suite à deux tempêtes successives en octobre 2013 puis en mars 2014, qui ont durement touché le casino de Biarritz, explique le créateur. Je me suis dit que ce serait assez simple de créer une sorte de bouclier déflecteur, en forme de courbe, à positionner devant les ouvertures du casino, pour empêcher les vagues d’entrer dedans. J’ai travaillé sur ce projet pendant trois ans, l’idée étant de capter une partie de l’énergie de la houle, pour la renvoyer vers l’océan, et diminuer ainsi la puissance d’impact de la vague suivante. »

Du sur-mesure

Une fois le projet finalisé, le Bayonnais a testé ses digues amovibles sur la grande plage de Biarritz, véritable laboratoire grandeur nature. Puis il a créé la société Wave Bumper pour développer et commercialiser le système. « Je suis vraiment parti d’une feuille blanche, d’autant que je ne suis pas ingénieur, mais je fabriquais des bateaux en matériau composite, donc j’avais des connaissances dans ce domaine. J’ai réalisé beaucoup de tests, puis j’ai embauché un ingénieur, et un deuxième. Sachant que l’on fabrique des procédés sur-mesure, pour chaque site où l’on intervient. Ce n’est pas une digue standard que l’on installe, car il n’y a pas les mêmes conditions de houle, de plage, de structure du bâti, selon les endroits. »

Wave Bumper est un système amovible de protection du littoral face aux aléas climatiques.
Wave Bumper est un système amovible de protection du littoral face aux aléas climatiques. - Wave Bumper

Si les professionnels du littoral (hôtels, thalassos…) ont rapidement été séduits par le système, cela a été un peu plus long pour les collectivités. « On est sur des temps de décision de l’ordre de 18 mois, précise Romain Chapron, c’est pourquoi nous commençons tout juste à recevoir nos premiers bons de commande de collectivités. » Parmi elles, la ville d'Arcachon, qui en plus du risque submersion, rencontre aussi une problématique d’entrée de sable dans la ville.

A Arcachon, le système lutte aussi contre le sable

Wave Bumper lui a donc fourni un produit spécifique. « Plusieurs rues de notre ville ont un accès direct à la plage, explique Jessica Moissonnier, directrice adjointe des services techniques de la ville d’Arcachon. Cela fait des années que l’on cherche un système pour empêcher le sable d’y entrer, car tous les hivers il vient boucher nos canalisations, recouvre les pelouses, et cela demande beaucoup de main d’oeuvre. Nous avions testé le système Wave Bumper en composite, mais cela ne nous a pas donné satisfaction, alors nous avons commandé une version en béton, que nous avons expérimentée cet hiver et cette fois-ci cela a très bien fonctionné. Nous avions une vingtaine de blocs, et je pense que nous en installerons une centaine l’hiver prochain, que nous laisserons en place d’octobre à avril. »

La start-up a également décroché récemment des contrats jusque dans les Caraïbes. « Depuis la tempête Irma en 2017, on intervient sur une partie de la reconstruction de Saint-Barthélemy, où on a dimensionné un système capable de résister à l’équivalent d’un nouvel "Irma + ", qui est ce qu’on a connu de plus puissant de mémoire d’homme. »

« On s’installe au dernier moment, et on disparaît très vite »

Romain Chapron insiste sur l’aspect amovible de son dispositif. « Il faut qu’on puisse s’installer au tout dernier moment, juste avant l’alerte, et disparaître très vite après la tempête, pour ne pas dégrader le littoral. On se déploie en trois à quatre heures, en assemblant les blocs comme un Lego. C’est une méthode douce, par rapport aux méthodes dures que l’on connaît aujourd’hui comme les enrochements ou les grosses digues en béton. »

Sur le seul marché français, ce sont près de 1.000 communes littorales qui sont exposées au risque de submersion marine.