VIDEO. G7 de l’Environnement: A quoi vont servir ces deux jours de réunion à Metz?

DIPLOMATIE Les ministres de l’Environnement des pays du G7 et ceux d’une dizaine d’autres nations invitées se réunissent dimanche et lundi à Metz. L’objectif : aboutir à de nouveaux engagements environnementaux, en priorité sur la préservation de la biodiversité

Fabrice Pouliquen

— 

L'image d'un tigre s'affiche sur la Porte des Allemands à Metz,avant la venue dans la ville du G7 de l'environnement. C'est l'une des parties de l'installation vidéo de l'artiste Julien Nonnon, sur les espèces en dangers, programmée pour l'événement.
L'image d'un tigre s'affiche sur la Porte des Allemands à Metz,avant la venue dans la ville du G7 de l'environnement. C'est l'une des parties de l'installation vidéo de l'artiste Julien Nonnon, sur les espèces en dangers, programmée pour l'événement. — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
  • Metz accueille dimanche et lundi le G7 de l’Environnement. Une réunion, initiée par la France, qui rassemble les ministres de l’Environnement des membres du G7, auxquels s’ajoutent une dizaine d’autres pays invités. Un village écocitoyen ouvrira, lui, dès ce vendredi.
  • Alors que doit être publié lundi, à Paris, un rapport sur l’état mondial de la biodiversité, ce G7 de l’Environnement « sera l’occasion d’aboutir à de nouveaux engagements concrets de pays » sur le climat, mais aussi sur la préservation de la biodiversité.
  • Pas sûr que les pays autour de la table acceptent tous de signer des communiqués communs, mais la France veut au moins faire naître à Metz de nouvelles coalitions. Voire une charte sur la biodiversité.

Sa centrale à biomasse et son parc éolien, son plan d’investissement de 20 millions d’euros dans l’isolation de son patrimoine public, et son souci de plancher sur les transports de demain, autour du tramway notamment… Tels sont les arguments qui ont fait pencher la balance en faveur deMetz – au détriment de Strasbourg, La Baule et Rennes, également candidates – pour l’organisation du G7 de l’environnement.

L’événement s’ouvre dès ce vendredi, avec l’inauguration d’un village éco-citoyen où des acteurs de la société civile, dont une centaine d’associations, animeront des conférences et ateliers sur la thématique du développement durable. Les ministres de l’Environnement du G7 – composé de la France, du Royaume-Uni, de l’Italie, du Japon, du Canada, des Etats-Unis, de l’Allemagne (et en parallèle de l'UE) – sont, pour leur part, attendus à Metz dimanche et lundi.

Le G7 plus dix pays invités…

A ces sept-là, s’ajoutent une dizaine d’autres ministres de l’Environnement de pays invités par la France. « Le Mexique, le Chili, le Niger, le Gabon, l’Egypte, l’Inde, l’Indonésie et la Norvège, les Fidji », liste-t-on au ministère de la Transition écologique.

On peut facilement s’y perdre, aujourd’hui, dans la foule de réunions diplomatiques qui se succèdent sur la question de la transition écologique : des One planet summit, initiés par la France sur les questions de finances climatiques, aux Conférences des parties annuelles -les fameuses COP- sur le climat et la biodiversité, en passant par le Sommet Action « climat » que prépare l’ONU le 23 septembre prochain. En passant, aussi, par le G7 « général » qui se tiendra fin août à Biarritz, et à l’agenda duquel la France veut pousser les sujets environnementaux.

Ces G7 de l’Environnement, pour leur part, ne sont pas des rendez-vous systématiques. « Chaque année, il revient au pays qui prend la présidence du G7 d’organiser ou non ce rendez-vous des ministres de l’Environnement, précise-t-on au ministère. Depuis dix ans, tout de même, ils reviennent très régulièrement. L’an dernier, le Canada en avait organisé un à Halifax, au mois de septembre, qui couplait les thématiques « environnement » et « énergie ». L’Italie et le Japon l’avaient fait aussi par le passé. »

Un focus sur les enjeux de biodiversité

Sans surprise, la France, qui prend cette année la présidence du G7, ne laisse pas passer l’occasion d’un point d’étape sur l’environnement, elle qui veut être un pays moteur pour porter les questions climatiques sur la scène internationale. « Ce n’est pas un hasard non plus si cette réunion ministérielle se tient les 5 et 6 mai, indique un conseiller diplomatique du ministère de la Transition écologique. Elle sera adossée à la plénière de l’Ipbes qui se tient toute la semaine à Paris. » Cette plate-forme intergouvernementale de scientifiques spécialisée sur les questions de biodiversité – l’équivalent du GIEC, le groupe d’experts internationaux sur l’évolution du climat –, publiera ce lundi un rapport très attendu sur l’évaluation mondiale de la biodiversité, premier travail du genre depuis 2005. Anne Larigauderie, la secrétaire exécutive de l’Ipbes, fera d’ailleurs un saut à Metz pour en présenter les messages clés.

C’est l’un des axes principaux qu’affiche ce G7 de l’Environnement : mettre sur un pied d’égalité la lutte contre le changement climatique et la préservation de la biodiversité. « Ce dernier enjeu est encore le parent pauvre de la transition écologique, reprend le conseiller diplomatique. Comment finance-t-on cette bataille, par exemple ? Cela a très peu été étudié pour l’instant. »

La France « attend des engagements »

A Metz, la France dit attendre des engagements des différents pays représentés. Ce G7 de l’Environnement pourrait notamment aboutir à une charte de la biodiversité. « Les Etats s’engageraient sur la mise en œuvre de politiques de préservation de la biodiversité concrètes, sur leurs territoires nationaux », espère-t-on au ministère de la Transition écologique. Elles s’ajouteraient alors aux engagements déjà actés dans le cadre de négociations internationales. Comme les vingt objectifs pour la biodiversité d’Aïchi, adoptés par la communauté internationale lors de la COP biodiversité de Nagoya en 2010, avec un horizon fixé à 2020.

Cette feuille de route touche donc à sa fin l’an prochain. Elle doit laisser place à un nouveau plan de lutte contre la perte de biodiversité pour la prochaine décennie, qui doit être négocié à la COP15 « biodiversité » en Chine, en 2020. Un sommet international que beaucoup présentent comme primordial. « 2020 devra être pour la biodiversité ce que 2015 a été pour le climat », résumait, ce lundi, Laurent Stéfanini, ambassadeur de France à l’Unesco, à la cérémonie d’ouverture de l’Ipbes. Cette charte de la biodiversité négociée à Metz est présentée alors comme une première occasion, pour les pays présents, de démontrer leur détermination à agir et ainsi lancer cette COP 15 sur de bonnes bases.

En parallèle, le ministère de la Transition écologique espère, sur ces deux jours, « élargir ou faire naître des coalitions autour d’engagements concrets sur le climat, la biodiversité, voir les deux à la fois ». Plusieurs thématiques se dessinent : « la lutte contre la déforestation, la préservation des grands singes, celle des coraux, les inégalités de genre face au dérèglement climatique… », liste-t-on à l’hôtel de Roquelaure.

Des coalitions faute de communiqué commun ?

Reste à savoir si cette quinzaine de ministres parviendra à se mettre d’accord sur des engagements concrets. Pour se prémunir de la feuille blanche, « nous n’avons invité que des pays engagés sur les questions environnementales », précise-t-on au ministère. Conséquence : il manque un certain nombre d’acteurs clés autour de la table quand on parle biodiversité et réchauffement climatique. Le Brésil de Bolsonaro, par exemple, ou la Russie de Poutine. Surtout, l’attitude des Etats-Unis est incertaine. Depuis le souhait exprimé par Donald Trump de retirer son pays de l’accord de Paris sur le climat, ces G7 de l’Environnement ont davantage de mal à aboutir à un communiqué final signé par tous les pays présents aux négociations. Le Canada et l’Italie n’y sont pas parvenus ces deux dernières années.

Il ne devrait donc pas y avoir de miracles à Metz. D’où la stratégie des coalitions. « Bien évidemment, plus elles seront larges, mieux ce sera. Mais ce n’est pas grave si elles ne réunissent pas l’intégralité des Etats présents, glisse une source au ministère. Chaque pays doit pouvoir s’engager sur ce qui lui paraît le plus important. » A Metz, les Etats-Unis pourraient pourtant surprendre, assure le conseiller diplomatique au ministère : « sur la préservation de biodiversité, ils sont loin d’être frileux. Et sur bien des sujets, ils sont même en avance ».