Côte d'Azur: Réchauffement climatique, loup, Unesco... Quel avenir pour le parc national du Mercantour?

NATURE «20 Minutes» se projette dans le futur à l’occasion de la première quarantaine du parc qui sera fêtée tout l’été dans les Alpes-Maritimes

Fabien Binacchi

— 

Créé le 18 août 1979, le parc national du Mercantour s’étend sur 1800 km2
Créé le 18 août 1979, le parc national du Mercantour s’étend sur 1800 km2 — Parc national du Mercantour
  • Le parc national du Mercantour fête cette année ses 40 ans d’existence.
  • L’occasion d’imaginer le futur et les 40 prochaines années de cet espace de 1.800 km2 qui pourrait bientôt intégrer la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.
  • Les scientifiques du parc s’inquiètent notamment de l’impact du réchauffement climatique sur la biodiversité.

Près de 400 animations pour 40 ans d’existence. Cet été, le parc national du Mercantour célébrera sa naissance validée le 18 août 1919 par un décret ministériel. L’occasion de faire le point sur les 40 prochaines années de ces 1.800 km2 de nature qu’il faut protéger.

Le réchauffement climatique

« Les alertes sont très graves et les risques de pertes de biodiversité liées au réchauffement climatique sont extrêmement conséquents. Pour ralentir les choses, l’idée serait de reconnecter nos concitoyens, et notamment la jeune génération, à la nature », explique Christophe Viret, le directeur du parc.

Il souhaite ainsi développer le principe de la « Science participative », notamment pour affiner encore l’inventaire des espèces du Mercantour (passé de 2.000 à 7.000 ces dernières années). Des « exercices d’exploration de la biodiversité », organisés avec du public et des chercheurs, ont déjà été lancés.

Certaines espèces « boreoarctiques » sont déjà en première ligne, à cause de la neige de moins en moins présente. « L’habitat se réduit pour le lagopède alpin et le lièvre variable sur lesquels nous travaillons », explique Nathalie Siefert, responsable du service connaissance et gestion du patrimoine au parc.

La valeur ajoutée de l’Unesco

Le parc national du Mercantour inscrit au patrimoine mondial ? C’est ce qui pourrait arriver le 5 juillet, avec le verdict attendu après une très longue candidature lancée dans les années 2000. « Ce serait un label de protection pour l’éternité, espère Christophe Viret. Et aussi un important vecteur de développement. »

Initié autour de la Vallée des merveilles, le dossier a évolué pour finalement être déposé sur les « atouts géologiques exceptionnels » d’un site élargi (avec plusieurs entités italiennes - et notamment le parc Alpi Marittime - et monégasques).

Le Mercantour forme un territoire géologique unique sur Terre
Le Mercantour forme un territoire géologique unique sur Terre - Parc national du Mercantour

Les « Alpes de la Méditerranée » forment ainsi un territoire « témoin de la succession, unique sur terre, de trois cycles d’évolution géologique successifs et superposés ».

La cohabitation entre l’homme et le loup

Cibles de « tirs de prélèvement » pour tenter de juguler les attaques de troupeaux, le loup est toujours l’objet de passes d’armes entre les éleveurs et les amoureux de la nature. Après avoir notamment lancé l’an dernier le principe « un berger mobile » pour ceux qui en font la demande, le parc devrait encore multiplier les initiatives.

« Dans les années à venir, nous expérimenterons des choses basées sur la communication chimique, explique Laurent Scheyer, le directeur adjoint. On souhaite par exemple tester l’apaisine, une phéromone qui pourrait limiter les mouvements de panique dans les troupeaux en cas d’attaque, qui provoquent encore plus de dégâts. On devrait également tester l’effarouchement des loups avec l’utilisation d’odeurs d’autres meutes. »