Levens: La plus grande ferme photovoltaïque du sud de la France verra le jour en 2021

ECOLOGIE Début 2021, l’équivalent de la consommation électrique d’une ville de 5.000 habitants sera produit grâce aux panneaux solaires

Mathilde Frénois

— 

Un technicien au milieu d'une ferme photovoltaïque. Ici à Lunel.
Un technicien au milieu d'une ferme photovoltaïque. Ici à Lunel. — Pascal Guyot / AFP
  • Le projet vient d’être voté dans le plan local d’urbanisme.
  • A Levens, les panneaux solaires permettront de produire 25 gigawatts, soit assez pour alimenter les foyers de 5.000 habitants.
  • L’investissement est pour le moment évalué à 13 millions d’euros. Une redevance réintégrera ensuite les caisses de la commune en fonction de la quantité d’énergie produite et du prix du rachat de l’énergie.

Ni centrale nucléaire ni éolienne. Et un filet de sécurité pour éviter le black-out. Les Alpes-Maritimes prennent leur destin électrique en main. C’est à Levens que sortira de terre, début 2021, la plus grande ferme photovoltaïque du sud de la France. Le projet vient d’être voté dans le plan local d’urbanisme.

« Nous sommes dans le cycle d’études très avancé, affirme le maire LR de cette commune, Antoine Véran. Le chemin administratif est long. On veut faire la transition écologique et c’est un parcours du combattant incroyable pour installer un parc photovoltaïque. » A Levens, les panneaux solaires permettront de produire 25 gigawatts, soit assez pour alimenter les foyers de 5.000 habitants.

Petit gibier et pâturage

Le champ solaire sera installé sur le Mont Arpasse. « Ce sont des terrains communaux très bien exposés par le soleil et le vent. Et qui comportent déjà une ligne très haute tension, précise le maire en balayant les critiques de l’impact environnemental. Le site a déjà une connotation technique. » Des pains de béton seront installés avec des rails. Les panneaux solaires seront posés par-dessus puis raccordés en sous-terrain pour rejoindre le réseau Enedis. Une installation confiée à l’entreprise Monaco Energies Renouvelables pour 33 ans.

L’investissement est pour le moment évalué à 13 millions d’euros. Une redevance réintégrera ensuite les caisses de la commune en fonction de la quantité d’énergie produite et du prix du rachat de l’énergie.

« De grandes implantations qui dénaturent les paysages »

L’association Les Perdigones ne voit pas ce projet du même œil. Selon sa présidente, le champ « n’est pas adapté » : « Faire du photovoltaïque, pourquoi pas. Mais pas dans des espaces naturels et agricoles. On ne prend pas ces terres pour faire de grandes implantations qui dénaturent les paysages alors qu’on a toutes les possibilités dans les zones commerciales, estime Ariane Masseglia, également élue de l’opposition. Il n’y aura pas que les panneaux à installer, mais aussi le réseau routier et les pilonnes. »

« On souhaite travailler sur la biodiversité du site et relancer le petit gibier qui a complètement disparu, se défend Antoine Véran. Comme il s’agit d’un parc clos et surveillé, on permettra aux brebis d’y entrer le soir ou lorsqu’elles ne sont pas en pâture. » Une étude avec l’université de Montpellier est également en cours pour étudier les plantes adéquates pour une pousse sous les panneaux solaires.

La ligne anti-« black-out » arrive dans le département