Russie: Un ours polaire en quête de nourriture aperçu à 700 km de son habitat naturel

ANIMAUX Les habitants de ce village russe ont donné du poisson à l'animal affaibli qui a ensuite retrouvé suffisamment de forces pour aller chasser

20 Minutes avec agence

— 

Un ours polaire a été retrouvé à des centaines de kilomètres de son habitat naturel, à Tilichiki en Russie.
Un ours polaire a été retrouvé à des centaines de kilomètres de son habitat naturel, à Tilichiki en Russie. — Alina Ukolova/AP/SIPA

Un ours polaire a été aperçu à plusieurs reprises cette semaine en train de chercher de la nourriture à Tilichiki ( Russie), dans l’est du pays. L’animal aurait parcouru les 700 kilomètres qui séparent son habitat naturel de la Tchoukotka et le village russe sur un morceau de glace à la dérive dans la mer de Béring, indique une agence d’information d’état citée par CNN.

Les photos et vidéos partagées sur les réseaux sociaux par les habitants de Tilichiki montrent un plantigrade amaigri.

« Les gens du village l’ont traité avec compréhension »

« L’ours a environ deux ans. Il n’est pas habitué à vivre seul puisqu’ils vivent avec leur mère jusqu’à l’âge d’à peu près trois ans. Il est épuisé, pas agressif, raconte Alina Ukolova, une résidente du village. Les habitants lui donnent du poisson et il le mange. Aujourd’hui, il se sentait mieux et il est allé chasser ».

« Les gens du village l’ont traité avec compréhension et en ont pris soin. (…) Nous avons beaucoup d’ours bruns ici, mais les blancs sont très rares », explique-t-elle aussi à Euronews.

Victime du réchauffement climatique

Une opération était en cours d’organisation par les autorités locales, qui souhaitaient endormir l’animal et le ramener par voie aérienne dans sa région d’origine.

A cause du réchauffement climatique, les surfaces sur lesquelles les ours polaires peuvent chasser sont de plus en plus réduites. Les plantigrades sont donc obligés de parcourir de longues distances pour se nourrir. En février dernier, une dizaine d'entre eux s'étaient établis à Belouchia Gouba (Russie), au bord de l’océan Arctique. L’état d’urgence avait été décrété.