Vatican: La militante suédoise pour le climat Greta Thunberg a rencontré le pape François

ENVIRONNEMENT La jeune Suédoise de 16 ans a remercié le pape « pour ses efforts en faveur de la défense » de la planète

20 Minutes avec AFP

— 

Au Vatican, Greta Thunberg a invité le pape François à rejoindre la "grève" pour le climat, le 17 avril 2019.
Au Vatican, Greta Thunberg a invité le pape François à rejoindre la "grève" pour le climat, le 17 avril 2019. — AFP

Après Emmaunel Macron et le Parlement européen, la jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg a rencontré le pape François ce mercredi. Tous deux se sont brièvement parlé au Vatican, à l’issue de l’audience générale du souverain pontife, a constaté l’AFP.

« Le Saint-Père a remercié et encouragé Greta Thunberg pour son engagement en faveur de la défense de l’environnement », a déclaré le porte-parole du Vatican Alessandro Gisotti. Tous deux se sont serré la main et la jeune Suédoise de 16 ans a elle aussi remercié le pape « pour ses efforts en faveur de la défense » de la planète avec son encyclique « Laudato si » consacrée à ce thème.

Recue par des politiques italiens

« J’ai rencontré aujourd’hui le pape François. Je l’ai remercié car il parle clairement de la crise climatique. Il m’a dit de poursuivre » mon engagement, a écrit Greta Thunberg sur Facebook. Traditionnellement après chaque audience générale, le pape rencontre quelques dizaines de personnes avec lesquelles il échange quelques mots, comme il l’a fait cette fois-ci avec Greta Thunberg.

La jeune Suédoise doit être reçue jeudi par des responsables politiques italiens et participer vendredi à Rome à une manifestation en faveur de la protection de l’environnement organisée par de jeunes Italiens qui suivent son exemple. Greta Thunberg a servi d’inspiration à des milliers de jeunes en Europe qui ont battu le pavé ces dernières semaines pour alerter sur l’urgence de lutter contre les dérèglements climatiques.

Les politiciens européens doivent « agir maintenant, car il n’y a pas beaucoup de temps », a ainsi déclaré mardi devant le Parlement européen la lycéenne, instigatrice de la « grève de l’école pour le climat », qu’elle avait commencée seule devant le Parlement suédois.