Marche pour le Climat: «Bouffe ma chatte, pas la planète», c'est quoi l'éco-féminisme?

ENVIRONNEMENT Et si la libération sexuelle des femmes et la protection de la planète était un seul et même combat ? 

Jean-Loup Delmas

— 

Une affiche de la Marche pour le climat
Une affiche de la Marche pour le climat — SIPA
  • Ce vendredi, de nouvelles marches pour le climat sont annoncées en France. Lors de la Marche du siècle pour le climat du 16 mars, de nombreuses pancartes ont mêlé la libération sexuelle des femmes et la cause environnementale. 
  • Une association qui soulève la question d’une convergence des luttes entre féminisme et écologie.
  • Alors, l’éco-féminisme, qu’est ce que c’est ?

« Bouffe ma chatte, pas la planète », « Enculez-nous, pas le climat », « Protégez les zones humides »… La Marche pour le Climat du 16 mars a été émaillée de nombreux slogans mêlant la libération sexuelle des femmes et la crise environnementale. Des pancartes qui n’ont pas laissé indifférents les réseaux sociaux. Là où certains reprochent à ces affiches de « tout mélanger », d’autres y voient la manifestation d’un mouvement éco-féministe, mêlant défense de la nature et des femmes. Alors que d’autres marches pour le climat sont annoncées un peu partout en France ce vendredi, 20 Minutes se penche sur ces messages très remarqués.

Christine Bard, historienne à l’Université d’Angers, spécialiste du féminisme et auteure de Antiféminismes et masculinismes d’hier et d’aujourd’hui et Dire le genre. Avec les mots, avec le corps, avance une première explication : « L’opposition est genrée entre la planète-terre-mère, mots féminins, et le patriarcat destructeur. C’est une manière de dire aux hommes : vous qui avez le pouvoir politique, scientifique et économique depuis des siècles et des siècles, qu’en avez-vous faits ? Surtout, un lien est fait entre domination masculine, y compris dans sa dimension sexuelle, et destruction de notre environnement ».

Les ennemies de mes ennemis sont mes amies

Ce lien, c’est l’éco-féminisme. Et pour bien comprendre de quoi il est question, on a demandé à Jeanne Burgart-Goutal, philosophe qui travaille sur le sujet depuis des années, de nous donner une définition. Pas la tâche la plus simple, vu le nombre de sous-mouvements et de divergences qui le composent. Même si certains points communs subsistent : « Il s’agit d’une lutte selon laquelle la défense de l’environnement et l’émancipation des femmes nécessitent de combattre un oppresseur commun. Pour l’éco-féminisme, il y a des liens très étroits entre la domination des femmes et celle de la nature, il s’agit d’une même exploitation. Travail gratuit de la nature comme des femmes, dévaluations constantes des deux, etc. »

Marche
Marche - SIPA

Un oppresseur commun au doux nom de capitalisme patriarcal. Et c’est là que l’éco-féminisme se distingue une première fois d’autres courants féministes, en considérant que « ce n’est pas suffisant de désigner le patriarcat, le système capitaliste est lui aussi en cause, et ces deux oppressions sont en réalité conjointes », souligne la philosophe.

Révéler des liens entre les deux causes

Rien d’anormal donc qu’il y ait eu tant d’affiches anticapitalistes lors de cette même marche du 16 mars. Pas surprenant non plus d’avoir entendu certains reprocher à ces pancartes de tout confondre et d’être hors sujet. « C’est effectivement l’un des points discutables du mouvement, mais c’est aussi sa volonté et sa force : essayer de mettre en évidence des liens cachés, révéler les similitudes insoupçonnées, des points communs que d’habitude on ne perçoit pas entre les différentes oppressions », souligne Jeanne Burgart-Goutal.

Marche
Marche - SIPA

« Un autre facteur important, c’est que les manifestations sur le climat sont assez consensuelles. Cela peut aller de pair avec une dépolitisation par rapport à la politique habituelle, coordonnée par les syndicats et les partis politiques », ajoute Laélia Veron, sociolinguiste et maîtresse de conférences en langue française à l’université d’Orléans, coauteure de Le Français est à nous!. Un terreau donc plus propice à l’apparition de slogans chocs et de bons mots qu’une manifestation plus encadrée par des organisations politiques.

Sarah, étudiante de 22 ans, qui a défilé lors de la Marche du siècle avec une pancarte « Laissez la nature vierge, baisez-nous », confirme la démarche : « Bien sûr que c’était aussi pour le jeu de mots et pour choquer les esprits fragiles des mascus. Mais si j’ai pris un slogan si marquant, c’est pour qu’on note notre présence, aux femmes, à cette marche. Avec ces pancartes "polémiques", on a relevé la forte présence féminine de la manifestation. C’était important de marquer le coup et dire : "oui, l’écologie est aussi un combat occupé par les féministes, on est présentes". »

La nature, ex-adversaire

L’affiliation entre les deux luttes n’a pourtant pas toujours fait sens. Comment défendre une nature qui pendant des siècles a été l’un des argumentaires utilisés pour valider les différences de traitement entre les hommes et femmes ?

Marche
Marche - SIPA

Historiquement en France, beaucoup de victoires capitales du féminisme furent obtenues durant les Trente glorieuses, pas vraiment les années les plus propices à l’écologie, comme Christine Bard l’évoque : « Les féministes de la génération Mouvement de libération des femmes, dans les années 1970, ont connu le culte du progrès, de la modernité, de la croissance et beaucoup ont avalé la pilule, si j’ose dire. » Même si l’Histoire n’étant plus à un paradoxe près, c’est durant ces mêmes années que le terme éco-féminisme est créé, par l’auteure française Françoise d’Eaubonne en 1974, pour désigner un courant de pensée et d’action articulant écologie et féminisme. C’est par la suite aux Etats-Unis que l’éco-féminisme va réellement exploser avec le mouvement antinucléaire.

Marche
Marche - SIPA

Une croissance par vagues

Actuellement, le mouvement est en plein boom, « depuis la COP 21 », se souvient Jeanne Burgart-Goutal, qui se remémore ses premières années à travailler un sujet qui semblait presque mort… Mais loin de suivre une croissance linéaire, l’éco-féminisme déferle par vagues et cycles.

Revitalisée, cette union bénéficie aux deux mouvements, estime Charlotte Soulary, responsable de la commission féminisme d’Europe Écologie les Verts : « L’un des apports du mouvement féministe a été de montrer que ce qui relève de l’intime est en fait tout à fait politique. La lutte écologiste a longtemps été vue comme quelque chose d’extérieur, de théorique, de lointain. Mais ce n’est pas ça du tout. Les conséquences d’une planète polluée, nous les vivons chaque jour sur nos propres corps. »

L’affaire du siècle

Et c’est, selon elle, le message porté par nos fameuses pancartes avec des slogans comme « Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides ». : « J’y vois une référence très juste à tous ces polluants que l’on trouve dans nos tampons. Non seulement on pollue la planète, nous marchandisons la nature, nous rendons l’air extérieur irrespirable, mais cette pollution s’étend jusqu’à l’intérieur de nos corps », poursuit la militante d’EELV.

Dans un siècle qui sera écologique ou ne sera pas, Jeanne Burgart-Goutal est convaincue qu' « il est important que le féminisme s’empare de ces enjeux-là, qu’il ait quelque chose à dire là-dessus, son grain de sel à apporter. Cela montre qu’il est un combat du XXIe siècle et qu’il répond aux questions de la société moderne. »