Hautes-Pyrénées: Le préfet donne son feu vert à un projet très contesté de porcherie industrielle

SOCIETE Le préfet des Hautes-Pyrénées vient de valider un projet de porcherie industrielle sur la commune d’Ossun qui suscite l’hostilité de la population

H.M. avec AFP
— 
Dans une porcherie. Illustration.
Dans une porcherie. Illustration. — M. Gile - Sipa

Le dossier est « complet et conforme à la réglementation ». Un projet d’implantation d’une porcherie industrielle sur la commune d’Ossun, entre Tarbes et Lourdes, vient d’obtenir le feu vert du préfet des Hautes-Pyrénées, Brice Blondel​.

La société Sélec’Porc veut implanter un bâtiment de 2.600 m2 sur le site d’une ancienne porcherie et espère pouvoir y élever jusqu’à 6.240 porcs par an. L’objectif est notamment d’y engraisser des porcelets sur un modèle breton d’élevage intensif hors-sol. Cette ambition se heurte à l’hostilité de la population qui craint des « nuisances importantes ».

« La preuve que la population ne compte pas »

Le dossier vient donc de franchir l’obstacle administratif. « L’instruction a été conduite pendant sept mois par les services de l’Etat, en toute impartialité », précise le préfet qui ne voit pas « en droit, d’élément » qui lui permettrait de refuser d’enregistrer le dossier.

«No Porcharan», l’association des opposants créée en décembre 2018, ne l’entend pas de cette oreille. « Monsieur le préfet cherche l’affrontement, il l’aura, prévient Michel Hourné, un de ses membres. Ce dossier n’est pas complet et régulier et il le sait ». Pour le militant, cette validation « est la preuve que la population ne compte pas ».