Nouvelle Aquitaine: «Le séisme de ce mercredi est un événement exceptionnel qui ne s'était plus produit depuis le 19e siècle»

INTERVIEW Le Bureau central sismologique français avait déjà enregistré plus de 700 témoignages en début d’après-midi, suite au séisme de 10h56 qui a été ressenti jusqu’à Bordeaux

Propos recueillis par Mickaël Bosredon

— 

Les réactions au séisme ressenti ce mercredi en fin de matinée en Gironde.
Les réactions au séisme ressenti ce mercredi en fin de matinée en Gironde. — Bureau central sismologique français
  • Un séisme d’une magnitude de 4,9 à 5 a été ressenti en fin de matinée, de la Charente-Maritime jusqu’au sud de Bordeaux.
  • C’est un « événement exceptionnel », assure le Bureau sismologique, car le bassin aquitain est une des deux zones asismiques en France, où il ne se produit que très peu de tremblements de terre.
  • Un séisme d’une magnitude de 5 est également assez rare, puisqu’on en enregistre tous les 3 à 4 ans en moyenne en France.

La terre a tremblé ce mercredi matin aux alentours de 11h en Nouvelle Aquitaine, depuis la Charente-Maritime jusqu’au sud de Bordeaux. « J’étais appuyée contre un meuble de cuisine, et j’ai eu la sensation d’avoir dans la pièce d’à côté une vieille machine à laver en mode essorage violent qui fait tout trembler ! » témoigne une internaute habitant Ambarès-et-Lagrave, sur la métropole de Bordeaux. « Bien ressenti à Mérignac » témoigne un autre internaute, « l’immeuble a vibré » ajoute un habitant de Bordeaux centre…

20 Minutes a voulu comprendre ce qu'il s'est passé, et a interrogé Jérôme Vergne, physicien au Bureau central sismologique français.

Que pouvez-vous dire sur le séisme qui s’est produit en fin de matinée ?

L’événement s’est produit à 10h56 et a atteint une magnitude que l’on estime entre 4,9 et 5. Il a été largement ressenti puisque l’on a déjà environ 700 témoignages sur notre site franceseisme.fr, dans une zone relativement large qui monte jusqu’à La Rochelle et Poitiers, qui va à l’est jusque dans le Massif Central, la Corrèze et la Creuse, et jusqu’au sud de Bordeaux. L’intensité a été de 2 ou 3 sur Bordeaux, mais dans la zone épicentrale à 50 km au nord de Bordeaux, la secousse a été très fortement ressentie, avec potentiellement quelques légers dégâts.

Où s’est-il produit exactement ?

La localisation précise est à la limite de la Charente-Maritime et de la Gironde, à 35 km à l’est de l’estuaire de la Gironde et de la ville de Pauillac.

On a rarement l’occasion de ressentir des séismes à Bordeaux. A quand remonte le dernier séisme important sur cette zone ?

C’est difficile de comparer cet événement avec des séismes jusqu’au 19e siècle, puisqu' à cette époque il n’y avait pas de sismomètre, il n’était donc pas possible de mesurer de magnitude. En se basant sur les témoignages, le plus connu sur la région de Bordeaux remonte à 1759, dans la région de l’Entre-Deux-Mers. Il avait certainement atteint des intensités supérieures à celui d’aujourd’hui. Et le dernier comparable a dû avoir lieu au 19e siècle.

Les séismes sont donc très rares dans cette région ?

Oui, le bassin aquitain est considéré comme une des deux zones asismiques de France métropolitaine, avec un très faible aléa sismique. L’événement d’aujourd’hui est à la limite du bassin aquitain et du sud du massif armoricain, ce dernier étant en revanche un lieu où on observe très régulièrement des séismes qui peuvent atteindre ce type de magnitude.

D’ailleurs, il y avait eu en début de matinée un premier séisme à Brest…

Il n’a probablement rien à voir. D’abord on est relativement loin, à plusieurs centaines de kilomètres, et il était de magnitude 3. Cela peut paraître très peu en termes d’écart, mais cela correspond en fait à mille fois moins énergétiquement par rapport à celui qu’on a eu en fin de matinée.

Le bassin aquitain correspond grosso modo au territoire de l’ex-Aquitaine ?

Oui, il va du sud de l’événement de ce matin, jusqu’aux Pyrénées. Sachant que les Pyrénées sont la zone la plus sismique de France, et au nord dans le massif armoricain on a toute une bande de sismicité qui va de Brest au Massif Central. Ces séismes sont liés à la présence d’anciennes failles dans la croûte terrestre qui se sont créées il y a plusieurs centaines de millions d’années et qui sont des zones de faiblesse. Et l’événement de ce matin nous confirme donc clairement qu’il y a aussi des failles actives qui descendent jusqu’au nord de Bordeaux.

Comment mesure-t-on les séismes ?

La magnitude est une mesure de l’énergie sismique libérée au moment de la rupture, puisqu’un séisme c’est une rupture sur une faille. Cette énergie libérée part sous forme d’ondes sismiques, mesurées grâce à des enregistrements réalisés avec des stations de sismologie installées sur le territoire métropolitain. On en a une à château La Rivière dans le Bordelais par exemple.

Et un séisme de 5 c’est exceptionnel ?

Un séisme aux alentours de 5 c’est assez rare mais pas exceptionnel à l’échelle de la France métropolitaine. Cela se produit tous les 3 à 4 ans en moyenne.

On a évoqué une profondeur de 6 km concernant le séisme de ce matin, vous confirmez ?

La profondeur des séismes est ce qu’il y a de plus difficile à mesurer car il nous faut des enregistrements des capteurs situés à proximité, il nous faudra donc quelques jours pour confirmer cette profondeur, mais elle se situe certainement entre 6 et 10 km, car les séismes dans cette région sont tous localisés dans la partie supérieure de la croûte terrestre (entre 5 et 15 km de profondeur), la croûte elle-même mesurant une trentaine de kilomètres.