VIDEO. «Grande America»: Une marée noire redoutée sur la côte aquitaine d’ici 3 à 4 jours

ENVIRONNEMENT La préfecture maritime estime que la nappe de 10 kilomètres de long sur un kilomètre de large pourrait atteindre les côtes de Charente-Maritime et de Gironde d’ici lundi

Elsa Provenzano

— 

Le Grande America a fait naufrage au large de La Rochelle le mardi 12 mars.
Le Grande America a fait naufrage au large de La Rochelle le mardi 12 mars. — AFP
  • Le navire « Grande America » a coulé au large des côtes de Charente-Maritime le 12 mars après un incendie à bord, le 10 mars.
  • Une nappe d’hydrocarbures est attendue sur la côte aquitaine d’ici lundi.
  • Des mesures d’anticipation ont commencé à être mises en place à terre par la préfecture de la Nouvelle-Aquitaine.

Le 10 mars, un incendie s’est déclaré à bord du navire italien « Grande America », en provenance de Hambourg et à destination de Casablanca, alors qu’il se trouvait à environ 320 kilomètres des côtes de Charente-Maritime. L’incendie a provoqué son naufrage ce mardi 12 mars, après que tout l’équipage a pu être évacué. L’heure est à l’évaluation des dégâts sur la zone du naufrage mais aussi ceux attendus sur les côtes de Charente-Maritime et de Gironde, dans les jours qui viennent.

Pourquoi la nappe d’hydrocarbures inquiète-t-elle particulièrement ?

Ce serait la préoccupation principale des autorités ce jeudi. Les 2200 tonnes de fuel lourd qui constituaient la réserve de carburant du navire forment une nappe de dix kilomètres de long sur un kilomètre de large​, à hauteur de l’épave du Grande America, selon les reconnaissances aériennes menées sur place. « Les opérations de dépollution en mer et de suivi de l’évolution de la nappe restent coordonnées par le préfet maritime. D’après ces analyses, les côtes de la Charente-Maritime et de la Gironde pourraient être touchées par l’arrivée de la nappe dans un délai de trois à quatre jours », écrit ce jeudi la préfecture de la Nouvelle-Aquitaine dans un communiqué.

Peut-on parler de marée noire ?

« Le fioul lourd qui est épais et visqueux peut amplifier son propre volume en se mélangeant avec l’eau et le sable et provoquer une marée noire, estime Antidia Citores, porte-parole de Surfrider Europe. Le navire Erika avait aussi coulé mais c’était un pétrolier, ici la quantité d’hydrocarbure est moindre ». Le « Grande America » est un roulier, c’est-à-dire prévu pour le transport d’automobiles et qui achemine aussi des conteneurs. On sait qu’une première nappe s’est échappée du navire mais elle pourrait augmenter si davantage d’hydrocarbures remontent à la surface, précise l’association.

Comment se préparer à traiter cette pollution ?

« A ce stade, et en coordination avec la préfecture de zone, les préfets de la Charente-Maritime et de la Gironde ont placé les services concernés en phase de pré-alerte, détaille la préfecture de la Nouvelle Aquitaine. Cette phase comprend la préparation et le prépositionnement des moyens antipollution nécessaires, et l’organisation des opérations de reconnaissance à venir. » Surfrider communique déjà auprès de ses bénévoles en vue de mobilisations collectives pour nettoyer les plages (en insistant sur les mesures pour se protéger d’un contact direct) en coordination avec les autorités.

Quels sont les autres types de pollution attendus ?

Le navire transportait 356 conteneurs dont le contenu de 45 d’entre eux est considéré comme dangereux (acide chlorhydrique et acide sulfurique). Mais selon les autorités une grande partie d’entre eux aurait déjà été détruite dans l’incendie qui s’est déclaré à bord le 10 mars. L’Union Lynx, affrété par l’armateur italien, doit se déplacer sur la zone du naufrage ce jeudi pour tenter de récupérer des conteneurs. « C’est l’inconnu puisqu’on ne sait pas lesquels ont brûlé », s’inquiète Antidia Citores.

Surfrider milite pour une révision de la convention concernant les conteneurs (qui date de 1973) pour améliorer leur traçabilité et leur sécurité, dans un secteur qui travaille à flux tendus. « On sait qu’il y a des navires chinois sur lesquels le matériel de feux d’artifice voyage à côté d’acide chlorydrique, alerte la porte-parole de Surfrider Europe. On sait aussi que parfois au dernier moment des conteneurs pleins sont empilés sur ceux du dessus (vides) et peuvent poser des problèmes d’équilibrage ».

Ce qui inquiète aussi beaucoup les défenseurs du milieu marin, c’est la présence de 2000 véhicules à bord du Grande America, qui se retrouvent avec l’épave qui a coulé par 4.600 mètres de fond.

Quelles sont les actions menées sur place ?

L’argonaute, un navire spécialisé dans la lutte antipollution, se déplace sur la zone du naufrage ce jeudi avec à son bord des experts du centre d’expertises pratiques de lutte antipollution (Ceppol) . Il s’agit, explique la préfecture maritime, d’évaluer au mieux la situation mais la mission des experts est rendue compliquée par de mauvaises conditions météo.