«La conduite est beaucoup plus agréable et sécurisante»... Pourquoi vous êtes adeptes des SUV

VOUS TEMOIGNEZ Nos lecteurs nous expliquent pourquoi ils préfèrent les SUV, qui représentent désormais 36% des ventes de voitures neuves en France...

Charlotte Murat

— 

La Peugeot 3008, présentée au Salon mondial de l'automobile de Paris 2016.
La Peugeot 3008, présentée au Salon mondial de l'automobile de Paris 2016. — IBO/SIPA
  • Les SUV représentent 36% des ventes de voitures neuves en France.
  • Nous avons demandé à nos lecteurs pourquoi ils préfèrent ces modèles.
  • Ces voitures sont considérées comme confortables et spatieuses.
  • Elles sont aussi vues comme des véhicules sûrs grâce aux quatre roues motrices.

Un simple trajet en voiture suffit pour s’en rendre compte : les SUV ont envahi les routes. Malgré leurs fortes émissions en CO2, ils représentent aujourd’hui 36 % des ventes de véhicules neufs en France, selon le Comité des constructeurs français d’automobiles ( CCFA). Pourquoi un tel attrait pour ces modèles ?

Avant tout pour le confort, assurent les internautes que nous avons interrogés à ce sujet. « On rentre et on en sort beaucoup plus facilement », assure Denis, propriétaire d’une Peugeot 5008. Puisque les SUV sont plus hauts, « la position de conduite est plus agréable qu’à bord d’une berline », ajoute Benjamin, qui fait 18.000 km par an à bord de sa Dacia Duster. « Lorsque j’étais encore en activité, je parcourais en moyenne 50.000 km par an au volant de berlines, raconte Patrick. La première fois que j’ai essayé un SUV, j’ai tout de suite apprécié cette hauteur qui rend la conduite beaucoup plus sécurisante et agréable. » Propriétaire d’un Volkswagen Touareg, ce dernier estime « mieux voir au-dessus de bon nombre d’obstacles visuels, ce qui participe à anticiper le flux de circulation. »

Le coffre plus accessible

Qui dit voiture haute dit également coffre haut, et ça, c’est aussi un argument. « Quand on a des enfants, c’est beaucoup plus accessible pour les poussettes, les courses, les valises », assure Nicolas, qui roule avec sa femme en Porsche Cayenne et en Toyota Land Cruiser. Caroline explique conduire des SUV depuis 2003. « A l’époque, j’avais été séduite par l’espace coffre et la sécurité de la Mercedes ML. J’étais alors maman de deux enfants, dont un bébé, avec une poussette encombrante et deux chiens. J’habite Aix-en-Provence et je possède un chalet à 2 h 30 de chez moi. J’ai donc besoin d’une voiture polyvalente à l’aise en ville et sur les routes enneigées. » Benoît, qui habite la Suisse, apprécie également de pouvoir rouler sur la neige grâce aux quatre roues motrices de sa Mazda CX-5. « La garde au sol plus élevée permet de repousser la limite d’épaisseur de neige au-delà de laquelle on peut se retrouver bloqué, avance-t-il. Par ailleurs, un 4x4 est indispensable pour monter une pente enneigée sans mettre les chaînes. »

Signe extérieur de richesse

Reste que tout le monde n’habite pas à la montagne. Une voiture 4x4 est-elle vraiment utile sur la route ? Oui, pour une meilleure tenue et une meilleure adhérence, soutient Pierre, qui fait 25.000 km par an au volant de son Volkswagen Tiguan. « Je roulais auparavant en monospace et j’ai souhaité passer au SUV pour gagner en sécurité », enchérit Fabien, qui rajoute qu’« il ne fait pas nier le côté "image sociale" » projetée par ce type de modèles. « En raison de leur prix, c’est un signe extérieur de richesse, de statut social », ajoute Benoît.

Jennifer, elle, considère que sa Suzuki Vitara est « une jolie voiture qui colle à ma petite trentaine, une voiture de caractère qui représente bien mon esprit vif. » Maman d’un bébé de 18 mois, elle a dû abandonner son cabriolet à la naissance de son enfant. « La citadine était trop petite, la berline c’est pour papy, le break même pas en rêve. Quant à la familiale, j’étais beaucoup trop jeune pour rouler là-dedans. Le SUV est la voiture parfaite, avec ses lignes dynamiques, jeunes et fun couplées à son grand espace idéal pour la famille. » Très prisés des automobilistes, les SUV sont par conséquent « beaucoup plus faciles à revendre », assure Nicolas. Et la boucle est bouclée.