Belgique: Une maison-serre pour vivre en autonomie et ne plus payer d'électricité

LOGEMENT Enfermée dans une serre géante, la maison bénéficie d'un micro-climat toute l'année et d'une quasi-autonomie en eau et électricité

20 Minutes avec agence

— 

Au total, 72 panneaux solaires directement incorporés au verre fournissent l'électricité. (Illustration)
Au total, 72 panneaux solaires directement incorporés au verre fournissent l'électricité. (Illustration) — P.Magnien / 20 Minutes

Il fallait y penser. Un architecte flamand a construit une étonnante « maison serre » totalement autonome en énergie, rapporte ce vendredi France 3 Hauts-de France. Le logement se situe sur la commune de  Rekkem, à la frontière franco-belge.

À première vue, le bâtiment n’a rien d’exceptionnel, à ceci près qu’il a été érigé à l’intérieur d’une serre en verre, spécialement conçue pour fournir toute la famille en eau et en électricité.

Un logement 100 % autonome en énergie

Ainsi, la maison de Koen Vandewalle n’est pas reliée aux réseaux classiques : l’eau provient de la pluie qui tombe sur le toit de la serre, avant d’être stockée dans des citernes de 20.000 litres. La famille est autonome en électricité grâce à 72 panneaux solaires directement incorporés au verre.

Enfin, l’architecture même de la maison et de la serre génèrent un micro-climat méditerranéen, ce qui rend le chauffage inutile.

70.000 euros d’investissement

« Nous parlons d’un mode de vie révolutionnaire, une combinaison de technologie et de logique paysanne saine », a déclaré l’architecte, cité par le site 7sur7.be. « Pour le climat, nous devons penser différemment et envisager des maisons autonomes. » C’est la première fois que le concept de « maison-serre », déjà présent en Suède et aux Pays-Bas, est adapté sur le territoire belge.

Pour équiper de cette manière une maison d’une valeur de 200.000 euros, Koen Vandewalle estime qu’il est nécessaire d’investir 70.000 euros supplémentaires. Un surcoût qui, selon l’architecte, peut être amorti facilement sur le long terme.