Cuir de crocodile : LVMH renforce ses critères de sélection des fournisseurs

PROTECTION DES ANIMAUX Le géant du luxe veut assurer le bien-être animal dans les fermes qui le fournissent en cuir

20 Minutes avec agences

— 

Un crocodile, ici aux Etats-Unis. Illustration.
Un crocodile, ici aux Etats-Unis. Illustration. — Kike Calvo - KCA superstock Sipa

Le groupe LVMH a annoncé ce lundi qu’il allait renforcer ses critères de sélection concernant les cuirs de crocodiles pour assurer un « approvisionnement responsable ». Un « standard inédit » va être mis en place, basé sur des critères « développés et validés par un comité d’experts techniques ».

Ces nouveaux critères reposent sur plusieurs principes : « la préservation de l’espèce et le respect des communautés locales », « le bien-être animal », « les conditions de travail des hommes et femmes » et « la protection de l’environnement ».

Une maltraitance dénoncée par Peta

LVMH a déjà attribué sa nouvelle certification à trois fermes fournissant une de ses tanneries basée à Singapour. « Une vingtaine de fermes » en Australie, Zambie, au Zimbabwe, Kenya, Philippines et aux Etats-Unis seront certifiées « avant fin 2020 », précise le communiqué.

L’initiative s’inscrit dans une démarche globale sur les conditions d’élevage et de bientraitance des animaux. En avril 2018, l’association Peta avait interpellé le groupe sur les conditions d’abattage des crocodiles et des autruches dont la peau est utilisée en maroquinerie. LVMH avait déploré en retour « être associé à des pratiques qu’il dénonce ».