Allemagne: Le succès historique d’une pétition pour «Sauver les abeilles» ouvre la voie à un référendum

ENVIRONNEMENT Le texte de la pétition demande que 20 % des terres arables en Bavière respectent les normes biologiques en 2025

20 Minutes avec agences

— 

Des abeilles (Illustration.
Des abeilles (Illustration. — PollyDot

La Bavière pourrait bientôt organiser un référendum sur l’environnement sans précédent. Quelque 1,75 million d’électeurs du Land allemand, soit 18,4 % des inscrits, ont en effet signé ce jeudi une pétition pour « Sauver les abeilles ». Un record historique qui pourrait avoir d’importantes conséquences sur l'agriculture et l’industrie.

Le texte de la pétition, lancée par le petit parti écologiste et conservateur ÖDP, demande que 20 % des terres arables respectent les normes biologiques en 2025, avant d’atteindre 30 % en 2030. Il réclame aussi que 10 % des espaces verts en Bavière soient transformés en prairies fleuries, et que rivières et ruisseaux soient mieux protégés des pesticides et des engrais.

Les agriculteurs vent debout

Le nombre de signataires, selon les chiffres communiqués par la direction des élections du Land, a largement dépassé le million requis pour obtenir un référendum dans les six mois, selon le système de démocratie directe en vigueur en Bavière.

Les organisations d’agriculteurs ont pourtant fait campagne contre cette pétition et mis en garde contre les coûts financiers potentiels pour l’agriculture.

La pétition met également en porte-à-faux le gouvernement bavarois dirigé par le parti de droite conservatrice CSU, parti frère de la CDU de la chancelière Angela Merkel, qui compte les exploitants agricoles parmi son électorat traditionnel.

Un « effondrement catastrophique » des milieux naturels selon une étude

Avec ce futur référendum, la Bavière pourrait « devenir pionnière en Europe en matière de protection de l’environnement », se réjouit jeudi le quotidien Süddeutsche Zeitung.

Près de la moitié des espèces d’insectes, essentiels aux écosystèmes comme aux économies, sont en déclin rapide dans le monde entier, a alerté lundi une étude qui met en garde contre un « effondrement catastrophique » des milieux naturels.

A l’origine de la perte des insectes, les chercheurs désignent le bouleversement de leur habitat et le recours aux pesticides de synthèse.