La protection animale, «grand absent du débat national» regrette 30 Millions d’Amis

SONDAGE Pour la seconde année consécutive, la Fondation 30 millions d’amis a sondé les Français sur leurs attentes concernant la protection animale. 55 % des sondés auraient notamment aimé que la thématique soit abordée au grand débat national

F.P.

— 

Un taureau de combat lors d'une corrida. Illustration.
Un taureau de combat lors d'une corrida. Illustration. — Superstock / Superstock / Sipa

Plus d’un Français sur deux souhaite que la protection des animaux fasse partie du grand débat national, organisé par Emmanuel Macron jusqu’à mi-mars pour tenter de mettre un terme au mouvement des « gilets jaunes ». C’est du moins le pourcentage auquel aboutit un sondage de la Fondation 30 Millions d’amis mené par l’Ifop* et publié ce jeudi.

La transition écologique, la fiscalité, l’organisation de l’État et des collectivités publiques, et enfin le débat démocratique et la citoyenneté sont les quatre grands thèmes retenus pour cette grande concertation. Ils permettent d’aborder de nombreux sujets, « mais pas la question de la protection des animaux », regrette la Fondation. Pourtant, 55 % des sondés considèrent que le sujet y a toute sa place. »

La Fondation 30 Millions d’Amis sonde pour la deuxième année consécutive les Français sur leurs attentes concernant les animaux, leur bien-être et leur protection. Selon le sondage, 83 % des Français seraient ainsi favorables à l’interdiction de l’élevage intensif, qui vise à augmenter la productivité en raccourcissant les phases de croissance de l’animal ou en utilisant des espaces réduits. 82 % des sondés se disent aussi favorables à ce que les animaux d’élevage soient désormais abattus sur leur lieu d’élevage par des professionnels afin ainsi d’éviter les souffrances liées aux transports des animaux.

Une défiance à l’encontre de la classe politique ?

Toujours selon le baromètre, l’interdiction du commerce de la fourrure bénéficierait d’un avis favorable des Français (91 %), tout comme la fin de l’expérimentation animale (86 %), l’instauration du dimanche comme jour non chassé (83 %), ou l’abolition de la chasse à courre (75 %). L’interdiction de la corrida a 73 % d’avis favorable, celle des animaux sauvages dans les cirques 67 % et la fin des delphinariums 64 %.

Ces positions tranchées s’accompagnent d’un fort taux de défiance à l’encontre de la classe politique concernant sa volonté de défendre les animaux, souligne également la Fondation 30 Millions d’amis. 73 % estiment ainsi que celle-ci défend mal les animaux, soit six points de plus qu’en 2018, précise le baromètre.

Méthodologie

Etude menée pour la Fondation 30 Millions d’Amis par l’IFOP du 1er au 2 février 2019 auprès d’un échantillon de 1.012 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas.