Italie: La culture du Prosecco entraîne une grave érosion des sols

VINS La production de Prosecco devrait atteindre le million de bouteilles dans les prochaines années

L.Br.
— 
Des grappes de raisin destinées à faire du Prosecco, à Volpago del Montello en Italie.
Des grappes de raisin destinées à faire du Prosecco, à Volpago del Montello en Italie. — Luca Bruno/AP/SIPA

La culture du prosecco, l’un des vins pétillants les plus exportés au monde, entraîne une grave érosion du sol dans le nord de l’Italie. D’après une étude publiée sur le site BioRxiv et reprise par le site Futura Sciences, le rythme effréné de la production entraîne chaque année la perte de 400.000 tonnes de terre.

Entre Valdobbiadene et Conegliano en Italie, près de 600 millions de bouteilles de Prosecco ont été produites en 2018, dont 100 millions proviennent de la zone d’Appellation d’origine contrôlée (DOCG). La production a augmenté de 75 % en volume en 15 ans, raconte Futura Sciences. Cette hausse de la demande a entraîné une augmentation des cultures et une extension rapide des vignobles.

Une terre « lessivée »

Alors qu’elles étaient auparavant disposées en terrasses, « les vignes ont été plantées directement en pente pour faciliter la mécanisation », explique l’article. Fragilisée par la baisse de couvert végétal et les systèmes de drainage, la terre est alors lessivée et emportée par la pluie.

Des chercheurs estiment ainsi que 400.000 tonnes de sols sont détruites chaque année dans la région d’appellation d’origine contrôlée à cause de cette agriculture intensive. Selon l’étude, cela représente 59,8 tonnes par an et par hectare, soit 4,4 kilos de terre perdue par bouteille de Prosecco produite en 2016. Ce « lessivage » intensif entraîne une pollution des sols avec la migration des pesticides utilisés dans la vigne. La terre,  privée de nutriments et de biodiversité, pourrait ainsi devenir moins productive à l’avenir.

Si des solutions existent, comme la présence de haies ou de couverts végétaux plus importants, la production intensive ne semble pas près de s’arrêter. Les productions de vins espèrent atteindre dans les prochaines années l’objectif d’un million de bouteilles de Prosecco à produire par an.