Plus de la moitié des espèces de café sauvage sont menacées d’extinction

ETUDE Sur les 75 espèces menacées, 13 sont en danger critique d’extinction, 40 en danger, et 22 sont vulnérables…

20 Minutes avec agences

— 

De nombreuses espèces de café sauvage sont menacées d'extinction. (illustration)
De nombreuses espèces de café sauvage sont menacées d'extinction. (illustration) — PICTURE PRESS EUROPE/SIPA

Plus de la moitié des espèces de café sauvage existantes sont menacées d’extinction. C’est ce qu’indique une étude des Jardins botaniques royaux de Kew (ouest de Londres) menée dans plusieurs forêts africaines, de la Sierra Leone à Madagascar.

Les résultats, publiés ce mercredi dans la revue scientifique Science Advances, indiquent que 75 espèces sur 124 sont menacées par la déforestation, le réchauffement climatique et la propagation de maladies et d’espèces nuisibles. Dans le détail, 13 sont en danger critique d’extinction, 40 en danger, et 22 sont vulnérables.

Nécessaires pour développer des cafés résistants

La production mondiale de café repose actuellement sur deux espèces : l’arabica (environ 60 % de la production) et le robusta (40 %). En plus de la menace directe qui pèse sur ces deux espèces, les variétés sauvages dont dépend l’amélioration de leurs semences ? sont aussi en péril.

« Les obtenteurs ont besoin de variétés sauvages, parce qu’elles ont les gènes nécessaires pour développer des cafés résistants aux maladies et aux changements climatiques », a expliqué le docteur Aaron Davis, responsable de la recherche sur le café aux Jardins de Kew.

100 millions de cultivateurs

Alors que la proportion de plantes au sens large menacées d’extinction est de 22 %, le café est particulièrement à risque à cause de sa grande sensibilité à son environnement. Des périodes de sécheresse prolongées et la propagation de moisissures font partie des nombreuses menaces.

« Il y a 100 millions de cultivateurs de café dans le monde et s’ils perdent leur capacité à produire du café ou à en tirer un profit, cela engendre d’énormes problèmes socio-économiques », a souligné le docteur Davis. « Ce qu’il faut éviter, ce sont des mouvements de populations dont le mode de vie n’est plus viable. »

L’arabica sauvage également en danger

Une autre étude, également publiée ce mercredi par les chercheurs des Jardins de Kew dans la revue Global Change Biology, se concentre sur l’arabica sauvage. Elle démontre que, si l’on prend en compte les projections sur les changements climatiques, cette variété dont dépend un commerce d’une valeur de 13,8 milliards de dollars (12,1 milliards d’euros) est aussi en danger d’extinction.

« Nous ne cherchons pas à créer la panique (avec ces études). Il s’agit d’un appel à l’action, nous voulons dire : "nous n’avons peut-être pas besoin de ces ressources immédiatement, mais à moins de commencer à réfléchir à leur conservation maintenant, nos options diminuent rapidement" », a conclu le docteur Davis.