VIDEO. Traversée en tonneau de l'Atlantique: «Je ne m'ennuie pas du tout»

AVENTURE Jean-Jacques Savin se trouve actuellement en plein milieu de l’océan…

Propos recueillis par Clément Carpentier

— 

Jean-Jacques Savin sur son tonneau.
Jean-Jacques Savin sur son tonneau. — TESA
  • Parti le 26 décembre, un Girondin traverse actuellement l’Atlantique dans un tonneau.
  • Il affirme que tout va bien et qu’il ne voit pas le temps passer pour l’instant.
  • Il va devoir faire face à des vents plus forts dans les prochains jours qui pourraient le ramener plus sur sa route au sud.

C’est une aventure unique au monde. Depuis le 26 décembre, Jean-Jacques Savin tente de traverser l’océan Atlantique à bord d’un tonneau simplement poussé par le courant. Parti d’El Hierro dans les Canaries, il espère rejoint les Caraïbes en trois mois. Lors de cette traversée, ce retraité de 71 ans mène plusieurs expériences comme 20 Minutes vous l’expliquait avant son départ.

Il va déposer des balises pour étudier l'océan pendant cinq à dix ans. Son propre comportement humain est aussi observé par des psychologues depuis le début de l'aventure. Alors prenons de ses nouvelles ! 

Comment allez-vous ?

Ça se passe bien pour le moment. Le moral est plutôt bon. J’arrive à m’organiser pas trop mal dans mon tonneau. Je ne m’ennuie pas du tout.

Où êtes-vous ?

Aujourd’hui, je suis à 600 kilomètres au nord-ouest des Canaries, proche du 33e parallèle. Par rapport à la route prévue, je suis un peu trop au nord ce qui risque de retarder mon arrivée. Je compte sur les alizés des prochains jours pour me faire redescendre plus au sud.

Quelles sont les difficultés à bord ?

Ça bouge tout le temps avec la houle. Ce n’est pas évident pour faire à manger par exemple. J’ai eu quelques jours calmes, où l’océan ressemblait à un lac mais ça va se gâter dans les prochains jours. Je devrais avoir 4/5 jours de très fort vent. Ça va être un test pour le tonneau.

La solitude dans un petit habitacle ne vous pèse pas trop ?

Non, non même si j’aimerais bien croiser une petite sirène en mer (rires). Plus sérieusement, non pas pour l’instant. J’en profite pour écrire mes mémoires, je lis aussi beaucoup et je joue aussi de la musique. Et franchement aujourd’hui, les journées passent vite.

Sortez-vous de votre tonneau ?

Quand le temps le permet, j’essaie de sortir une heure par jour. La dernière fois, c’était très calme, j’ai pu voir une baleine à 300m et une tortue est venue tout près du tonneau. Elle a tapé dessus pendant une heure. Ça m’arrive de me baigner aussi. Je ne regrette pas du tout cette aventure.