Saint-Malo: Une route fermée pour laisser les crapauds s’accoupler

NATURE C’est la troisième année que la ville prend un arrêté municipal…

Camille Allain

— 

Deux crapauds copulent au milieu d'une route, ici en Grande-Bretagne.
Deux crapauds copulent au milieu d'une route, ici en Grande-Bretagne. — Rob Read / SIPA
  • Une petite route de Saint-Malo sera fermée à la circulation pendant trois mois à compter de ce mercredi.
  • L’arrêté municipal vise à protéger la population de crapauds et tritons palmés, qui se reproduisent à cette période.
  • C’est la troisième année que la ville prend cette décision pour diminuer la mortalité des batraciens.

Ils seront plus tranquilles. A partir de ce mercredi, un arrêté municipal interdit la circulation des véhicules sur la route reliant le hameau du Minihic à la Varde, à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Cette interdiction, en vigueur pour trois mois, vise à protéger les importantes colonies de crapauds et tritons qui ont élu domicile dans cette paisible zone humide. A cette époque, les batraciens sont en pleine période de reproduction.

Une zone protégée

La première alerte avait été lancée en janvier 2017 par le département d’Ille-et-Vilaine. Soucieuse de préserver la biodiversité, l’administration avait prévenu la ville de Saint-Malo du massacre opéré par les véhicules parmi la population de crapauds et tritons palmés. Les amphibiens ont trouvé dans cette zone protégée et classée Natura 2000 plusieurs mares propices à leur reproduction.

Déjà en vigueur l'an passé, l’interdiction de circuler avait sauvé la vie à des dizaines de crapauds et tritons. Deux espèces inscrites sur la liste rouge européenne et mondiale de l’Union internationale pour la conservation de la nature. L’arrêté restera effectif pendant trois mois, soit jusqu’au 16 mars, date à laquelle la migration aura pris fin.

Des tunnels sous la route

Le département d’Ille-et-Vilaine s'est également mobilisé à Vern-sur-Seiche, près de Rennes, pour sauver d’autres batraciens. Sur cet axe très fréquenté traversant le bois de Soeuvres, des « crapauducs » ont été installés. De petits tunnels passant sous la chaussée ont été aménagés, moyennant un investissement de 65.000 euros.