Recyclage: Pourquoi nos sapins méritent une seconde vie après Noël

ENVIRONNEMENT Depuis dix ans, les collectivités se mobilisent pour offrir aux sapins de Noël une seconde vie bien plus utile que l'incinération...

Fabrice Pouliquen

— 

Un sapin abandonné sur le trottoir à Lyon.
Un sapin abandonné sur le trottoir à Lyon. — FAYOLLE PASCAL/SIPA
  • Il n’y a plus d’excuse à déposer en douce son sapin sur le trottoir. La majorité des collectivités ont instauré depuis une dizaine d’années des collectes de sapins et des process de recyclage.
  • Au lieu d'être brûlés à la déchetterie, ils sont aujourd’hui le plus souvent broyés pour servir de combustible pour les chaudières à bois ou comme paillage et/ou compost pour protéger et enrichir les sols.
  • Mais encore d’autres idées sont à l’œuvre. Une fois les fêtes finies, le sapin peut servir de coupe-vent pour protéger les dunes, d'abri à poissons dans les étangs ou même être replanté dans le jardin si le sapin a été acheté en pot.

Lui enlever ses guirlandes et ses boules, balayer les dernières aiguilles, le traîner hors de chez soi, l’enfourner dans le coffre de sa voiture… C’est pour beaucoup la corvée du début d’année : se débarrasser de son sapin, roi des fêtes bien vite devenu objet encombrant une fois la magie de Noël finie.

Triste vie du sapin. Longtemps même, ils étaient déposés négligemment sur le trottoir dans l’attente de finir dans l’incinérateur. « Ou brûlés selon la vieille tradition du feu de sapin de Noël qui s’est perdue au fil des années mais qui reste perpétuée encore dans certains villages », rappelle Philippe Naudet, président de l’Association française du sapin de Noël naturel, lui-même producteur de sapins dans le Morvan.

Des collectes dans la plupart des villes

Bof. Ces deux options ne sont guère écologiques. L’abandon du sapin sur le trottoir est même puni par la loi . Il vous en coûtera une amende de 2e classe, soit 150 euros. Au passage, le dépôt en forêt, pas plus écologique, est passible de la même sanction.

Il y a des secondes vies bien plus belles (ou du moins plus utiles) à offrir aux près de six millions de sapins naturels achetés chaque année par les Français. « La grande majorité des collectivités ont mis aujourd’hui en place des systèmes de collecte et des process de recyclage des sapins », se félicite Philippe Naudet. Parmi ces initiatives : la détermination de jours précis pendant lesquels les habitants sont invités à déposer leurs sapins sur le trottoir, au pied de leurs maisons. C’est l’option choisie par la métropole de Dijon par exemple.

Une autre solution est de créer des lieux de collecte aux quatre coins de la ville où les habitants doivent déposer leurs sapins pendant une période donnée. C’est ainsi que ça se passe dans la majorité des grandes agglomérations. Et les dispositifs montent en puissance. Paris, par exemple, a prévu 174 points de collecte cette année, ouverts jusqu’au 27 janvier [horaires consultables ici], soit dix de plus qu’en 2018.

« L’an dernier, nous avons ainsi recyclé 85.000 sapins, contre 72.000 en 2017 et 15.000 il y a dix ans lorsque nous avions commencé ces collectes », indique-t-on à la mairie de Paris, où l’on s’attend à un pic des dépôts à partir de ce lundi, une fois les vacances finies. Même forte progression dans la métropole de Lyon où les tonnes de sapins collectés chaque année ont été multipliées par dix depuis 2007, indique Le Progrès. 174 points de collectes y sont prévus cette année encore.

Combustibles pour chaudières à bois, paillage ou même coupe-vent

Une fois collectés, c’est ensuite souvent la même histoire : au lieu d’être brûlés, les sapins sont broyés jusqu’à ne plus former qu’un amas de copeaux. Là, deux grandes tendances se démarquent. « Le broyat peut être utilisé comme combustible pour alimenter les chaudières collectives à bois que peuvent avoir des collectivités, explique Philippe Naudet. Ou il est utilisé par les espaces verts comme compost ou comme paillage pour couvrir les sols des parcs et jardins. »

C’est l’option choisie par la ville de Paris où les copeaux sont répandus au pied des massifs et sur les sentiers. « Cela permet de réduire de façon écologique l’apparition des mauvaises herbes, de limiter l’évaporation de l’eau et de favoriser le développement des micro-organismes souterrains qui améliorent la vie du sol », précise la ville de Paris. Seul hic : ces solutions ne marchent pas pour les sapins avec flocages [c’est-à-dire saupoudrés de neige artificielle]. Ceux-ci ne peuvent être recyclés.

D’autres collectivités et associations ont d’autres idées encore pour valoriser les sapins une fois les fêtes finies. Sur l’île de Ré, l’ association «Dunes Attitudes» utilise les sapins comme coupe-vent pour protéger les dunes de l’érosion. Les arbres piègent ainsi sur place le sable transporté par le vent. « La même technique est utilisée dans la région bordelaise, complète Philippe Naudet. D’autres collectivités plantent les sapins dans les étangs pour servir d’abris aux poissons. »

Vers un retour des sapins en pot ?

Enfin, il y a ceux aussi qui replantent leurs sapins dans le jardin une fois les fêtes finies. « C’est possible à condition d’avoir acheté un sapin en pot bien sûr [vendu avec leurs systèmes racinaires] et de s’en être bien occupé tout le temps qu’il fût dans votre salon, reprend le président de l’association française du sapin de Noël naturel. Cette solution du sapin en pot n’a rien de nouveau. Elle était même autrefois privilégiée par les foyers qui voulaient un sapin qui dure plus longtemps. Elle est tombée en désuétude à mesure que le sapin de Nordmann, espèce venue du Caucase et qui a l’avantage de perdre lentement ses épines, a percé dans les plantations françaises. Il compte aujourd’hui pour plus de 70 % des ventes dans le pays.

Le sapin en pot pourrait reprendre du poil de la bête, porté justement par les Français à la fibre écologique. « D’autant plus que qu’ils sont aujourd’hui de qualité bien supérieure à ce que l’on faisait avant », assure Frédéric Naudet. A ce jour, les ventes de ces sapins en pot ne sont pas vraiment reparties à la hausse. Mais depuis quelques Noël, elles ne chutent plus.