Nouvelle-Calédonie: L'importation de produits en plastique à usage unique interdite

ENVIRONNEMENT Les sacs, les cabas et la vaisselle jetable en plastique sont visés par une nouvelle loi votée ce jeudi par le Congrès calédonien et applicable à partir du 1er mai 2019…

20 Minutes avec agence
— 
Un sac plastique, illustration.
Un sac plastique, illustration. — Gill Allen/REX Shutters/SIPA

La Nouvelle-Calédonie vient d’adopter une mesure forte pour préserver l'environnement. Jeudi 27 décembre, le Congrès calédonien a voté une loi interdisant l’importation de produits en plastique, rapporte franceinfo.

Le texte vise les sacs en plastique à usage unique, mais également les sacs réutilisables de type cabas, ainsi que la vaisselle jetable : barquettes, gobelets, pailles, verres, tasses, assiettes, couverts et touillettes. La loi sera applicable dès le 1er mai 2019.

La pollution plastique, « un véritable fléau »

« Notre production plastique est trop importante. Pour les sacs par exemple, ce sont 215 poches qui sont utilisées par habitant et par an en Nouvelle-Calédonie. C’est beaucoup trop », a commenté Nina Julié, élue Calédonie Ensemble et rapporteur du projet, au micro de franceinfo.

« En agissant sur l’interdiction de distribution de produits en plastique à usage unique, nous allons réellement contribuer à préserver notre environnement, a-t-elle ajouté. Aujourd’hui, la pollution liée au plastique est un véritable fléau. C’est une pollution qui atteint nos écosystèmes, mais qui a aussi un impact sur notre santé et sur notre économie. »

Un joyau naturel à préserver

La Nouvelle-Calédonie est particulièrement réputée pour sa faune et sa flore, riche de plus de 3 300 espèces. Selon WWF, l’archipel calédonien héberge pas moins d’un tiers des récifs coralliens vierges de la planète. Or, la pollution liée aux plastiques affecte lourdement les écosystèmes locaux et la biodiversité.

Avec cette loi, les autorités souhaitent encourager les Calédoniens à se tourner vers les produits biosourcés et biodégradables. Une manière, espèrent-ils, de préserver un patrimoine naturel exceptionnel.