Climat: L'année 2018 a été la plus chaude en France métropolitaine depuis 1900

TEMPERATURES «La moyenne de la température annuelle, proche de 14°C, devrait se situer 1,4°C au-dessus de la moyenne de référence 1981-2010», a précisé Météo-France... 

20 Minutes avec AFP

— 

La vague de chaleur devrait persister au moins jusqu'à lundi soir prévoit météo France.
La vague de chaleur devrait persister au moins jusqu'à lundi soir prévoit météo France. — VALERY HACHE / AFP

Avec une moyenne proche de 14°C, l’année 2018 a été la plus chaude jamais enregistrée en France, depuis le début des mesures météorologiques en 1900, a annoncé Météo-France, ce vendredi.

« La moyenne de la température annuelle, proche de 14°C, devrait se situer 1,4°C au-dessus de la moyenne de référence 1981-2010 », a précisé Météo-France dans un communiqué. « Cet écart fait de 2018 l’année la plus chaude en France métropolitaine depuis le début des mesures en 1900, devant 2014 (+1,2°C) et 2011 (+1,1°C). »

« D’avril à décembre, la France a ainsi connu neuf mois chauds consécutifs »

Cette chaleur inédite a été relevée dès janvier, « au 1er rang des mois de janvier les plus doux », avant un mois de février frais et un mois de mars « proche de la normale », détaille Météo-France. Depuis avril, «les températures sont restées en moyenne plus élevées que la normale», avec un été particulièrement chaud, le plus chaud après celui de 2003, marqué par une forte canicule qui avait entraîné 15.000 décès.

«D'avril à décembre, la France a ainsi connu neuf mois chauds consécutifs. Une telle séquence est inédite depuis le début du 20e siècle », relève l’institut météorologique. Concernant les précipitations, le bilan est plus mitigé, avec un « pourtour méditerranéen et la Corse (…) bien arrosés avec un excédent de 30 à 60 % ».

Le Nord a bénéficié d’un excédent de soleil de plus de 10 % par rapport à la normale

La région a connu des épisodes de pluies très violentes, comme dans l’Aude où les inondations ont causé la mort de 14 personnes. En revanche, « la pluviométrie a (…) été déficitaire de 10 à 20 % le long des frontières du Nord et du Nord-Est, voire localement de près de 30 % en Alsace, Lorraine et Franche-Comté qui ont connu une sécheresse record au cours de l’automne ». Le deuxième semestre a été particulièrement sec.

Si le Sud de l’Hexagone a connu un ensoleillement proche de la normale sur l’année écoulée, le Nord a bénéficié d’un excédent de plus de 10 % par rapport à la normale, voire 20 % près des frontières du Nord-Est.