Le loup en passe d'atteindre le «seuil de viabilité» de 500 individus en France

ANIMAUX L’Office national de la chasse et de la faune sauvage recense aujourd’hui 85 zones de présence permanente (ZPP) du loup dont 72 meutes et estime que le seul des 500 individus pourrait être constaté à la fin de l'hiver…

Fabrice Pouliquen

— 

Illustration d'un loup.
Illustration d'un loup. — G. Durand / 20 Minutes

Le réseau Loup-lynx de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) publie ce mercredi les résultats de son suivi estival des populations de loup en France, ainsi que la carte de leur présence communale. Bonne nouvelle pour le canidé: l’ONCFS recense aujourd’hui 85 zones de présence permanente (ZPP) dont 72 meutes, alors que le dernier bilan hivernal faisait état de 74 ZPP et 57 meutes.

Le seuil de viabilité atteint à la fin de l'hiver?

L'office en saura plus sur l'estimation des effectifs au sortir de l'hiver 2019. Mais il est probable que la population de loup dépasse alors les 500 individus, indique-t-il ce mercredi. Ce chiffre correspond à un premier seuil de viabilité de la population (seuil de viabilité démographique). Le gouvernement s'est fixé comme objectif d’atteindre ce seuil en 2023, soit à l'échéance de l'actuel «plan loup».

Au total, 958 communes enregistrent une présence occasionnelle ou durable du loup en France, précise l'ONFCS. La présence de l'espèce est régulière dans 524 de ces communes et qualifiée d'irrégulière dans les 434 autres. 

Carte de la présence communale du loup en France.
Carte de la présence communale du loup en France. - / Document ONFCS

De nouveau territoire d’exploration

« Cette croissance de la population se traduit en premier lieu par un renforcement de la population dans le secteur alpin et provençal via le comblement des interstices entre les meutes présentes, précise l’ONCFS dans un communiqué.

Dans le même temps, le loup explore de nouveaux territoires. «On constate la détection régulière du loup dans la Nièvre avec des indices collectés pendant ces deux dernières années, précise ainsi l'ONCFS. Par ailleurs, quelques informations ponctuelles sont enregistrées dans le Cantal, la Corrèze, la Côte d’Or, la Creuse, le Jura, la Somme et le Tarn. Ces informations sont à confirmer dans le temps, en l’absence d’élément récurrent elles ne sauraient à elles seules attester de l’installation durable du loup sur ces territoires.»