COP24 : «Nous n'allons pas du tout dans la bonne direction»

CLIMAT Cette seconde journée de COP24, à Katowice, en Pologne, démarre ce lundi à 10 heures avec l’ouverture du « segment de haut niveau », terme onusien qui désigne le temps d’échanges entre les représentants d’Etats…

Fabrice Pouliquen

— 

Antonio Guterres inaugurait ce lundi 3 décembre, à Katowice, la première session pleinière de cette COP24.
Antonio Guterres inaugurait ce lundi 3 décembre, à Katowice, la première session pleinière de cette COP24. — Janek SKARZYNSKI / AFP

L'ESSENTIEL

  • Réunie à Katowice en Pologne, la communauté internationale se penche jusqu’au 14 décembre sur les règles de mise en application de l’Accord de Paris. Ce sera le grand chantier de cette COP24.
  • La journée démarre à 10 heures avec l’ouverture du « segment de haut niveau », qui réunit les hauts responsables d’Etats.
  • Une trentaine de chefs d'Etat seulement sont présents. Aucun du G20. Coté français, François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, et Brune Poirson, secrétaire d’Etat, sont sur place.

A LIRE AUSSI

 

18h15 : Ce live prend fin… On vous laisse avec un peu de lecture

Cette journée de COP24 s’achève et ce premier live donc aussi. Nous vous laissons avec un peu de lecture pour ceux qui veulent se plonger plus longuement dans les enjeux de cette COP24, présentée régulièrement comme la plus importante depuis la COP21 de Paris. Pour rappel, A Katowice, la communauté internationale doit à la fois définir les règles de mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat et revoir à la hausse ses ambitions en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

 

17h40: Les toits de Paris vont-ils passer au blanc pour lutter contre le réchauffement?

A quoi nous expose le réchauffement climatique ? Pour l’ouverture de la COP24 et avec l’appui de ses locales, 20 Minutes a fait tour d’horizon, régions par régions, des conséquences attendues du dérèglement climatique. On poursuit ce tour de France avec Paris et la problématique des ilôts de chaleur. Et si, une partie de la solution est de peindre les toîts plats de la capitale d'une peinture blanche réflective? Certains ont déjà franchi le pas...

 

17h15 : La phrase de ce premier jour de COP 24 est signée sir David Attenborough

Le naturaliste britannique, Sir David Attenborough, a été choisi pour représenter la population globale face aux représentants des 200 nations présentes à Katowice, lors de la cérémonie d’ouverture de la COP24 ce lundi. Son discours a beaucoup marqué, en témoignent les nombreux partages sur les réseaux sociaux.

« Les peuples du monde ont parlé, a-t-il lancé à la tribune. Le temps presse. Ils veulent que vous, les décideurs, agissiez maintenant. Leaders du monde, vous devez mener. La bonne continuation des civilisations et du monde naturel dont nous dépendons est entre vos mains. »

16h45 : De l’urgence d’économiser l’eau en Languedoc-Roussillon

A quoi nous expose le réchauffement climatique ? Pour l’ouverture de la COP24 et avec l’appui de ses locales, 20 Minutes a fait tour d’horizon, régions par régions, des conséquences attendues du dérèglement climatique. On poursuit ce tour de France avec le Languedoc-Roussillon et l’urgence d’économiser et sauvegarder les ressources en eau.
 

 

16h15 : La « grève du lycée » de Greta Thurnberg… la belle leçon de ce premier jour de COP ?

Si les chefs d’Etats du G20 ont boudé la COP24 à Katowice ce lundi, Greta Thunberg, 15 ans, n’aurait sans doute manqué pour rien au monde ce jour d’ouverture. La Suédoise s’est filmée ce lundi délivrant son message à António Guterres, le secrétaire général de l’ONU. Depuis août, la lycéenne fait l’école buissonnière chaque vendredi pour faire le pied de grue devant le siège du parlement de son pays, raconte-t-elle dans le Guardian. Elle continuera jusqu’à ce que les dirigeants suédois s’alignent avec les engagements pris dans l’Accord de Paris sur le climat.

 

16h08: Il fait déjà nuit en Pologne...

Et ça met plutôt bien en valeur Katowice. La preuve avec cette image postée il y a quelques secondes sur Twitter.

La nuit tombe à 15h30 en ce moment en Silésie, rappelle la journaliste de Reporterre dans son journal de bord.

15h50 : Quelle mobilisation citoyenne pour la Marche mondiale pour le climat ?

A Bruxelles, Londres ou Sydney, des manifestations citoyennes ont été organisées dimanche pour marquer l’ouverture de la COP24 et presser la communauté internationale d’agir contre le réchauffement climatique.

Une nouvelle journée de mobilisation est prévue samedi avec la marche mondiale pour le climat. En France, l’évènement se télescope avec les manifestations des gilets jaunes. « Elle est toutefois maintenue à Paris », indique-t-on à 20 Minutes au sein du comité organisateur. Le rendez-vous est donné vers 14h place du Trocadéro. Le tracé sera très réduit puisque cette « marche » ira du Trocadéro à la place Joffre, juste de l’autre côté de la Seine. « L’idée est plus celle d’un rassemblement statique avec un concert de soutien, des prises de parole… La manifestation devrait prendre fin vers 17h30-18h. » 13.000 internautes ont annoncé à ce jour vouloir s’y rendre. 140 autres « marches pour le climat » sont prévues en France ce samedi.

15h25: Raréfaction de la neige, le scénario qui fait trembler les stations de ski

A quoi nous expose le réchauffement climatique ? Pour l’ouverture de la COP24 et avec l’appui de ses locales, 20 Minutes a fait tour d’horizon, régions par régions, des conséquences attendues du dérèglement climatique. On poursuit ce tour de France dans les Pyrénées avec cette crainte, dans les stations de ski, que la neige vienne un jour à manquer. 

 

15h : Pierre Cannet (WWF France) attend de la France deux signaux forts

Pierre Cannet espère d’Emmanuel Macron deux signaux forts durant la COP24 sur ce dossier « gilets jaunes ». « Qu’au moins 50 % des taxes aujourd’hui prélevées sur les carburants soit alloué à l’accompagnement des ménages les plus précaires dans la transition écologique, commence-t-il. Le deuxième concerne le kérosène [carburant utilisé dans l’aviation]. Nous avons du mal à imaginer que d’un côté, l’Etat prélève des taxes « carburant » sur les trajets du quotidien sur les Français, et n’en prélève aucune sur nos trajets en avion. »

14h55 : Pierre Cannet (WWF France) : « La France ne doit pas se contenter d’une diplomatie active »

Plusieurs ONG françaises – WWF, Greenpeace, Oxfam, Secours catholique…- d’ores et déjà présentes à Katowice ont eu un temps d’échange avec François de Rugy, ministre de la transition écologique, et sa secrétaire d’État Brune Poirson, ce lundi au pavillon France à Katowice.

« Nous avons pointé le fossé de plus en plus important qui se creuse entre la diplomatie très active de la France sur les questions climatiques – et c’est très bien- et le manque d’ambitions à domicile, rapporte à 20 minutes Pierre Cannet, responsable climat au WWF France. Nous l’avons vu encore mardi lors de l’annonce par Emmanuel Macron de la Stratégie nationale bas carbone. L’essentiel des efforts pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre a été reporté au prochain quinquennat. Par ailleurs, alors que la mobilisation des gilets jaunes se poursuit, le gouvernement n’apporte toujours pas de réponses sur les questions de justice fiscale et d’accompagnement des Français dans la transition écologique. »

14h10 : Les vignes et vins d’Alsace à l’épreuve du réchauffement climatique

A quoi nous expose le réchauffement climatique ? Pour l’ouverture de la COP24 et avec l’appui de ses locales, 20 Minutes a fait tour d’horizon, régions par régions, des conséquences attendues du dérèglement climatique. On commence ce tour de France avec l’Alsace et, plus précisément, les vins alsaciens.

 

13h50: Shell va se fixer des réductions d'émissions à court terme

La compagnie pétrolière anglo-néerlandaise Royal Dutch Shell a annoncé lundi qu'elle allait se fixer des objectifs de réduction d'émission de gaz à effet de serre à court terme, dont la réussite conditionnera le salaire de ses dirigeants.

En 2017, la multinationale anglo-néerlandaise avait adopté des objectifs à long terme: une réduction de moitié de l'empreinte carbone de ses produits énergétiques d'ici à 2050, avec une première étape de 20% de réduction d'ici à 2035.

Lundi, en marge de la COP24 de Katowice, elle a souligné qu'elle se fixerait dès 2020 des objectifs à plus brève échéance. "Shell fixera un nouvel objectif chaque année pour la période de trois à cinq ans à venir", a-t-elle expliqué dans un communiqué.

13h37 : Vienne-Katowice à vélo électrique pour vanter l’électromobilité

Une équipe d’une vingtaine de cyclistes ont rallié Vienne, en Autriche, à Katowice ce lundi à vélo électrique. Soit un périple de 600 km dédié à la promotion de l’électromobilité. Il s’agit l’un des trois sujets forts que la Pologne a souhaité ajouter à l’agenda de cette COP24. Les deux autres ? Le rôle des forêts dans la lutte contre le changement climatique et la « transition juste ».

 

13h : Pourquoi le segment de haut niveau est au début de cette COP ?

Le segment de haut niveau est le terme onusien pour désigner la séquence diplomatique qui réunit les chefs et représentants d’État. Généralement, cette séquence termine les COP. Cette fois-ci, la Pologne a décidé de démarrer par celle-ci. « Ce n’est pas la première fois, précise Michel Colombier, directeur scientifique de l’Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales). La COP 21 à Paris avait également commencé par une réunion des chefs d’Etats. Il y a deux conceptions de ces segments de haut niveau. Soit, le pays hôte de la COP le place à la fin pour conclure les négociations et espérer entériner des décisions fortes. Soit il le place au début dans l’espoir d’insuffler un élan, une tonalité aux négociations qui suivent. »

A vrai dire, chacune des solutions à ces limites. « A La Haye [COP6 en 2000], le segment avait été placé à la fin et l’échec avait été cuisant, rappelle Michel Colombier. Les quinze jours de négociations s’étaient résumés à ne rien faire ou presque dans l’attente du segment de haut niveau, les derniers jours, qui avait finalement accouché d’avancées minimalistes. »

12h30: Qu'attendent les ONG françaises de la COP24?

Garantir une application crédible de l’accord de Paris, répondre aux nouveaux enseignements de la science et affirmer une solidarité climatique renforcée... Tels sont les trois pilliers sur laquelle doit reposer la COP24, selon Réseau Action Climat, un réseau d'associations spécialisées sur le thème des changements climatiques. Le RAC a résumé ses attentes en vidéo. 

 

12h05 : Schwarzy est dans la place !

Pendant que François de Rugy inaugure, en ce moment, le Pavillon de la France à la COP24, Arnold Schwarzenegger s'échauffe. Schwarzy, gouverneur de Californie et très impliqué sur les questions climatiques, doit inaugurer à 15h15 le hub de l'action climatique à Katowice. 

 

11h58 : Cyril Dion : « Proposer un récit de ce que pourrait être un monde écologique »

France 2 diffuse le 11 décembre « Après-Demain », nouveau documentaire de Cyrtil Dion dans lequel il fait le point sur les initiatives de transition écologique présenter dans Demain, premier documentaire qui avait dépassé le million d’entrées en France. A cette occasion, le réalisateur a accordé une interview à 20 Minutes. On y parle COP24, gilets jaunes, mais aussi feuille de route pour initier la transition écologique… A lire ci-dessous :

 

11h50 : A Katowice, le cri d’alarme des pays les plus vulnérables

Les dirigeants de pays particulièrement exposés aux conséquences du réchauffement climatique, comme le Népal, Fidji ou le Nigeria, sont bel et bien présents à Katowice, en Pologne. Contrairement aux chefs d’Etats du 620, pourtant responsable à 80 % des émissions de gaz à effet de serre. Comme le reste des pays du Sud, ces pays les plus vulnérables aux catastrophes climatiques que la communauté internationale rehausse rapidement ses ambitions de réduction de gaz à effet de serre. Ils rappelleront au Nord sa promesse de porter d’ici 2020 les financements consacrés aux politiques climatiques des pays en développement à 100 milliards de dollars par an.

« Que Dieu nous pardonne, si nous ignorons les preuves irréfutables, nous deviendrons la génération qui a trahi l’humanité », a mis en garde le Premier ministre de Fidji Frank Bainimarama, président de la COP23. A ceux qui trainent les pieds, je dis simplement faites le."

11h30 : Aucun chef d'Etats du G20 à Katowice ce lundi...

Seule une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement, essentiellement de l’Union européenne (France, Espagne, Pays-Bas, Autriche, Finlande…), d’Afrique et des petits pays insulaires, ont fait le déplacement ce lundi à Katowice pour l'ouverture protocolaire de la COP24, rappelle Le Monde. Aucun des dirigeants des Etats membres du G20 – qui regroupent 80 % des émissions mondiales – n’a inclus Katowice dans son agenda diplomatique en décembre.

La délégation française est emmenée par François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire. Edouard Philippe, le Premier ministre, devait se rendre ce lundi à Katowice, mais a a finalement annulé son déplacement.

 

11h25: «Nous n'allons pas du tout dans la bonne direction»

«Nous n'allons pas du tout dans la bonne direction» pour freiner le changement climatique qui «va plus vite que nous», a mis en garde lundi le secrétaire général de l'ONU à l'ouverture d'un sommet climat en Pologne.

«Même si nous sommes les témoins d'impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n'allons pas assez vite», a lancé Antonio Guterres.

 

11h : António Guterres : « Complètement transformer notre économie énergétique »

António Guterres, secrétaire général des Nations unies, ouvre ce lundi matin la première séance plénière de la COP24, en rappelant les enjeux de la transition écologique. « Nous avons besoin de complètement transformer notre économie énergétique mondiale, ainsi que de la manière dont nous gérons les ressources foncières et forestières, précise-t-il. Nous devons adopter un développement durable à faible émission de carbone et résilient au changement climatique. »

 

10h52 : Une première annonce à Katowice

La Banque mondiale a annoncé ce lundi matin la mobilisation d’environ 200 milliards de dollars de financements de 2021 à 2025 pour aider les pays en développement face au changement climatique, soit un « doublement » par rapport à la période précédente.

Cette annonce « envoie un signal important à la communauté internationale, pour qu’elle fasse de même », a estimé la Banque dans un communiqué. Cette question de la finance climatique, et plus particulièrement de la solidarité Nord-Sud, est en effet un des enjeux forts de cette COP24, rappelait à 20 Minutes Benoît Leguet, directeur de I4CE, un institut spécialisé sur les questions économiques et financières liées à la transition énergétique et écologique. Les pays développés se sont engagés à porter à 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020 les financements (publics et privés) des politiques climatiques des pays en développement. Et les pays du Sud attendent à Katowice des engagements plus clairs des pays du Nord sur cette question.

10h40 : Au fait, c'est où Katowice ?

C’est ici !

Katowice, en Pologne.
Katowice, en Pologne. - / Maps4news

 

Soit au sud de la Pologne au cœur de la Silésie polonaise, l’une des grandes régions minières d’Europe centrale. La Pologne tire 80 % de son électricité du charbon, énergie fortement émettrice de dioxyde de carbone (C02). Le charbon sera l’un des enjeux forts de cette COP24. Pour aller plus loin…
 

 

10h26 : Pas d’Edouard Philippe ce lundi à Katowice

Le déplacement à Katowice a longtemps été à l’agenda d’Édouard Philippe. Le Premier ministre devait s’y rendre ce lundi pour l’ouverture du segment de haut niveau de cette COP24, à Katowice. La révolte des « gilets jaunes » et les violences de samedi ont bousculé le programme. Edouard Philippe reste en France et a demandé au ministre de la Transition écologique, François de Rugy, « de mener la délégation française » ce lundi.

10h10: Quels sont les enjeux de cette COP24? 

«Rulebook», «dialogue de Talaona», «transition juste»... 20 Minutes vous récapitule les grands enjeux de cette COP24 qui commence véritablement ce lundi. A lire ci-dessous.

 

10h05 : Côté français, François de Rugy et Brune Poirson sont présents

François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, et Brune Poirson, secrétaire d’Etat, sont présents à Katowice depuis ce dimanche.

 

10h : Le jour se lève à Katowice…

Après une journée d’ouverture ce dimanche, la COP24 entre véritablement dans le vif du sujet ce lundi à Katowice en Pologne avec l’ouverture à 10h des premières séances plénières.