Tarn: Pour protéger les chauves-souris, ils veulent acheter une grotte

BIODIVERSITE Le Conservatoire d’espaces naturels Midi-Pyrénées a opté pour une solution originale afin de préserver la tranquillité des chiroptères de la grotte de Senchet, dans le Tarn…

Nicolas Stival

— 

Le Grand rhinolophe, l'une des espèces de chauve-souris présente dans la grotte tarnaise de Senchet.
Le Grand rhinolophe, l'une des espèces de chauve-souris présente dans la grotte tarnaise de Senchet. — S. Bareille
  • Le Conservatoire d’espaces naturels Midi-Pyrénées veut acheter une grotte du Tarn et 28 hectares de terrains à des propriétaires privés pour préserver la tranquillité des chauves-souris.
  • Une campagne de financement participatif a été lancée sur la plateforme Ulule.

L’initiative est partie d’un constat d’une désarmante simplicité : pour protéger un site, mieux vaut en être le propriétaire. Le Conservatoire d'espaces naturels Midi-Pyrénées (CEN MP) a donc décidé d’acheter la grotte de Senchet, dans le Tarn, petit paradis pour l’hibernation des chauves-souris.

Et tant qu'à faire, de s’offrir aussi 28 hectares de terrains autour du site, des prairies sèches et des espaces boisés où chassent les chiroptères.

« Nous avons fait les démarches auprès des différents propriétaires privés, qui sont d’accord pour vendre », explique Melody Lim, chargée d’études au conservatoire. Cette association loi 1901, à but non lucratif, a été créée voici 30 ans à Toulouse par des naturalistes et des défenseurs de l’environnement.

Situé dans les gorges de l’Aveyron, la grotte de Senchet sert de refuge à au moins 13 espèces de chauves-souris lors des regroupements automnaux. « Selon les années, on compte entre 8.000 et 18.000 individus », reprend Melody Lim. Parmi les espèces présentes, il y a notamment le Minioptère de Schreibers, classé « vulnérable » en France, et le Grand rhinolophe, classé « quasi menacé ».

Le Conseil départemental du Tarn met la main à la poche

Quel est le coût de la transaction, et donc de la tranquillité des chiroptères en villégiature ? « 34.000 euros, répond la spécialiste. Le Conseil départemental du Tarn verse 12.000 euros, et nous devons payer le reste. » Le CEN MP, organisme privé employant 20 salariés, s’est tourné vers le financement participatif pour obtenir une partie de ces 22.000 euros. « C’est la première fois que nous faisons cette démarche depuis notre création en 1988. Nous sommes agréablement surpris. »

Commencée le 23 octobre sur la plateforme Ulule, la campagne a atteint son objectif initial (5.000 euros) dès le neuvième jour, sur 40. A présent, l’association espère toucher la barre des 10.000 euros au terme du compte à rebours, fixé lundi 3 décembre, à 23 h 59.

Une fois propriétaire des lieux, le CEN MP entend « rédiger un plan de gestion pour le terrain et pour protéger la grotte ». Le groupe « chiroptères » sera logiquement en charge des opérations. Au sein du conservatoire, qui gère environ 10.000 hectares sur le territoire de l’ancienne région Midi-Pyrénées, il voisine avec le groupe « invertébrés » et les spécialistes du desman, l'insaisissable rat-trompette.