Strasbourg: Le tribunal administratif valide les travaux préparatoires du GCO

JUSTICE Les recours déposés par l’association Alsace nature contre l’autorisation des travaux préparatoires ont été rejetés…

A.I.

— 

Près d'une centaine d'opposants au projet autoroutier de Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO) se sont rassemblés devant le tribunal administratif de Strasbourg où étaient convoqués dix opposants de la Zad de Kolbsheim ce lundi.
Près d'une centaine d'opposants au projet autoroutier de Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO) se sont rassemblés devant le tribunal administratif de Strasbourg où étaient convoqués dix opposants de la Zad de Kolbsheim ce lundi. — B. Poussard / 20 Minutes.

L’affaire examinée sur le fond il y a deux semaines, la décision du tribunal administratif strasbourgeois était attendue. Ce mercredi matin, celui-ci a finalement décidé de valider les travaux préparatoires du Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg. Rejetant ainsi les recours déposés par l’association environnementale Alsace nature à l’encontre de deux arrêtés autorisant ces travaux menés par Arcos (filiale de Vinci) qui, dans les faits, sont quasiment terminés.

Lors de l’audience mi-novembre toutefois, le rapporteur public avait suggéré d'annuler les deux textes concernés.

L’autorisation unique du chantier sera encore examinée

Avant cela, les opposants au GCO avaient obtenu, pour principales victoires, du tribunal administratif la suspension du viaduc de la Bruche et de l’échangeur nord. D’autres recours sont en cours, dont parmi les plus importants, celui sur l’autorisation unique du chantier. Après un rejet, Alsace Nature a porté l’affaire devant la cour de cassation.

L’association a indiqué poursuivre « l’opposition à ce projet. Non seulement au titre du nécessaire combat contre le changement climatique, pour apporter des solutions à la mobilité quotidienne des citoyens, pour enrayer la sixième extinction de la biodiversité mais aussi pour que le fonctionnement démocratique de notre pays regagne ses lettres de noblesse ».