Pyrénées: Retrouvé seul puis relâché, l'ourson Mellous est mort de dénutrition

BIODIVERSITE Les résultats de l’autopsie du jeune ours retrouvé mort le 23 juillet ont été rendus publics ce lundi…

N.S.

— 

L'ourson retrouvé le 6 juillet à Fos, en Haute-Garonne, n'avait pas survécu sans sa mère.
L'ourson retrouvé le 6 juillet à Fos, en Haute-Garonne, n'avait pas survécu sans sa mère. — SDIS 31

Il avait été retrouvé mort le 23 juillet, 18 jours après avoir été recueilli sur la commune pyrénéenne de Fos, en Haute-Garonne. L’ourson Mellous a fait l’objet d’une autopsie réalisée par l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse. Les résultats ont été publiés ce lundi par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

L’animal, âgé de six mois, « a succombé à une défaillance de son métabolisme dû à un état cachectique ». Autrement dit ? Son organisme était très affaibli par « une dénutrition très importante ».

En outre, « cet état aurait été aggravé par une hypertension crânienne dont la cause n’est pas déterminée à ce jour ». Les hypothèses d’une chute, d’une attaque par un éventuel prédateur ou d’un empoisonnement ont été écartées par l’autopsie.

Le « métabolisme singulier » de l’ours complique les analyses

Ce phénomène de dénutrition aurait-il pu être détecté lorsque l'ourson a été retrouvé, seul, par des habitants du village de Fos ? Il avait alors été confié à des agents de l’ONFCS, et avait fait l’objet d’un bilan sanitaire et d’analyses.

Non, répond l’organisme rattaché aux ministères de l’Ecologie et de l’Agriculture, qui évoque le « métabolisme singulier des mammifères hibernants, en particulier des ursidés » : même sous-alimenté, un ours​ ne voit pas fondre sa masse musculaire.

Mellous avait été réhydraté et réalimenté avant d’être relâché « étant donné que [ses] chances de survie restaient significatives à son âge, même en l’absence de sa mère », selon l'ONFCS. Hélas, les retrouvailles familiales n’ont jamais pu avoir lieu.