Black Friday: A Strasbourg, c'est vide-greniers sans argent, atelier d'entretien et friperie solidaire

GREEN FRIDAY Recyclage, réparation, don ou échange, en réponse au Black Friday encourageant la consommation, de nombreuses actions solidaires auront lieu ce vendredi à Strasbourg (Bas-Rhin)...

Bruno Poussard

— 

Comme la friperie solidaire Le Léopard à Strasbourg, de nombreux acteurs et citoyens organisent des actions et événements en opposition au Black Friday pour lutter contre la surconsommation.
Comme la friperie solidaire Le Léopard à Strasbourg, de nombreux acteurs et citoyens organisent des actions et événements en opposition au Black Friday pour lutter contre la surconsommation. — B. Poussard / 20 Minutes.
  • En réponse au Black Friday encourageant «surconsommation et surproduction nocives pour l’environnement», certains optent pour un Green Friday.
  • Recyclage, réparation, don ou échange, plusieurs initiatives solidaires et durables seront organisées dans cette idée à Strasbourg (Bas-Rhin) ce vendredi.

Venu d’outre-Atlantique, le Black Friday a désormais bien pris ses habitudes en France. Jusqu’à ce que des géants du e-commerce battent leurs records de vente le 24 novembre 2017. Pourtant depuis l’année passée, la riposte s’organise face à ce que certains voient comme un symbole de la surconsommation aux effets dévastateurs pour la planète.

Le Green Friday est né sur ce constat et pour parler d’autres modes de consommation, sous l’impulsion du réseau Envie, historique de l’économie sociale et solidaire né en 1984 à Strasbourg. Dans la capitale alsacienne justement, plusieurs initiatives d’acteurs du domaine et de citoyens se tiendront ce vendredi en réponse au Black Friday.

Un vide-greniers sans argent

Ses initiateurs parlent de Climate Friday, mais l’idée est la même. A savoir présenter des moyens alternatifs de consommer. « Surconsommation et surproduction sont nocives pour l’environnement, introduit Colin Wagner, 23 ans. Les ressources de la planète ne sont pas infinies. En n’achetant pas de neuf, on les épuise un peu moins. » Parmi les fondateurs de la branche locale du collectif Il est encore temps né sur Facebook autour de la Marche pour le climat, il aide à organiser un «vide-grenier sans denier». En clair, de 16h à 20h au pied du musée d’art moderne à Strasbourg ce vendredi, chacun pourra déposer objets ou vêtements inutilisés pour repartir avec d’autres, juste à condition qu’ils soient en bon état. Un troc géant, en somme. Près d’un millier de personnes sont déjà intéressées, avant même la pose de quelques affiches dans la ville.

Dans un atelier d'Envie qui, à Strasbourg, remet notamment des appareils électroménagers en état pour les revendre à des prix réduits et ainsi lutter contre le gaspillage.
Dans un atelier d'Envie qui, à Strasbourg, remet notamment des appareils électroménagers en état pour les revendre à des prix réduits et ainsi lutter contre le gaspillage. - Document remis / Envie Strasbourg.

Des ateliers d’entretien et réparation

A Koenigshoffen, Envie a l’habitude de sensibiliser le public à la réparation. Vendredi et samedi après-midi autour du Green Friday, elle propose des ateliers sur l’obsolescence programmée des machines à laver et frigos. « Pour montrer les fragilités des appareils et comment entretenir certaines pièces », précise son directeur, Amaury Grenot. Il n’est pas tendre, d’ailleurs, à propos du Black Friday : « Si vous avez cinq équipements dans votre cuisine, on va vous en faire acheter un ou deux de plus. Nous, on propose de consommer mieux. En rénovant son propre matériel ou en achetant d’occasion plutôt que du neuf. » A cette occasion, le responsable de l’entreprise locale d’insertion (par la réparation, le recyclage et la revente à bas prix) espère encourager les gens à réfléchir à leur consommation : « Ai-je vraiment besoin de ça ? »

Dans la friperie solidaire Le Léopard qui, à Strasbourg, ne fera pas de réduction pour le Black Friday ou plutôt le Green Friday.
Dans la friperie solidaire Le Léopard qui, à Strasbourg, ne fera pas de réduction pour le Black Friday ou plutôt le Green Friday. - B. Poussard / 20 Minutes.

Une friperie sans réduction mais solidaire

« On surconsomme énormément, des vêtements principalement, et quand on creuse, on voit que l’industrie textile est une des plus polluantes. Pour les litres d’eau que demande la fabrication d’un jean. Ou pour la teinturerie qui, faite dans de mauvaises conditions, cause des cancers. » Le constat est formulé par Céline Schwartz du Relais-Est, membre du réseau Emmaüs. Si bien que cet autre acteur d’insertion (qui collecte, trie, valorise et revend des habits) a décidé d’impliquer ses friperies dans l’opération. A Strasbourg, sa boutique solidaire Le Léopard ne proposera aucune réduction ce vendredi et reversera 15 % de son chiffre d’affaires du jour à une association éthique.

A Strasbourg, la nouvelle boutique La Recyclerie récupère, revend et valorise à bas prix des objets qui étaient prêts à être jetés.
A Strasbourg, la nouvelle boutique La Recyclerie récupère, revend et valorise à bas prix des objets qui étaient prêts à être jetés. - B. Poussard / 20 Minutes.

Un nouveau commerce de recyclage

Récupérer l’inutilisé pour lui donner une deuxième vie, c’est aussi la philosophie de La Recyclerie, boutique solidaire by Amitel à la Krutenau. Lancée en mai par l’association d’aide au logement des jeunes, elle a attendu son 1.000e objet vendu et le Green Friday pour son inauguration officielle ce vendredi. Autour d’une équipe de bénévoles, elle s’inscrit dans la « lutte contre le gaspillage », la « promotion d’une autre forme de consommation » et la « réduction des déchets » in fine, selon sa responsable, Lauren Ciancio, américaine de naissance qui a, selon ses termes, « grandi dans une culture consumériste. »