Les populations de baleines et de gorilles des montagnes augmentent

BIODIVERSITE La population de gorilles des montagnes est passée de 680 en 2008 à plus de 1.000 cette année, un chiffre record…

20 Minutes avec agences

— 

Un rorqual commun, un des plus grands animaux de la planète, qui peut atteindre 27 mètres pour 122.470 kg, ici, un spécimen dans l'océan Pacifique au large de Long Beach en Californie, le 19 janvier 2012
Un rorqual commun, un des plus grands animaux de la planète, qui peut atteindre 27 mètres pour 122.470 kg, ici, un spécimen dans l'océan Pacifique au large de Long Beach en Californie, le 19 janvier 2012 — Frederic J. Brown AFP

Le rorqual commun et le gorille des montagnes ne sont plus en danger. Ces deux espèces, autrefois en grave danger d'extinction, ont vu leur population considérablement augmenter grâce à la lutte contre le braconnage, selon une étude de l’Union mondiale pour la nature (UICN) publiée ce mercredi.

Le rorqual commun, plus grand animal au monde après la baleine bleue, est désormais classé comme « vulnérable » dans la Liste Rouge de l’association. Sa population mondiale a presque doublé depuis les années 1970 : ils sont désormais près de 100.000 individus dans le monde. Le statut des baleines grises, chassées depuis des siècles pour leur graisse et leur viande, est également passé de la catégorie « en danger critique » à « en danger ».

Des menaces toujours présentes

Cette mise à jour apporte un espoir aux gorilles des montagnes, dont le statut de conservation est passé de « en danger critique » à « en danger ». La population est passée d’environ 680 individus en 2008 à plus de 1.000 en 2018, un record. L’habitat de ces primates est limité à des aires protégées couvrant 792 km² en République démocratique du Congo, au Rwanda et en Ouganda.

La mise à jour de la Liste Rouge « illustre la portée des actions de conservation, à travers les améliorations de statuts constatées pour le rorqual commun et le gorille des montagnes », a souligné l’UICN dans un communiqué. Mais elle révèle aussi que les menaces à la biodiversité sont toujours présentes et pèsent sur la sécurité alimentaire.

La surpêche provoque, par exemple, un déclin des espèces de poissons dans certaines parties du monde. 13 % des espèces de mérous et 9 % des poissons du lac Malawi (Afrique) sont menacés d’extinction. La mise à jour a aussi vu entrer le bois de vène, un bois africain de couleur rose-brun foncé, dans la Liste Rouge. L'« abattage à outrance » de cet arbre pour la fabrication de meubles et de revêtements de sol le classe dans la catégorie « en danger ».