Nantes: Des parents d'élèves partent en guerre contre le plastique à la cantine

ENVIRONNEMENT Une pétition adressée à la maire de Nantes a dépassé les 1.600 signatures...

Julie Urbach

— 

Nantes, le 13/10/2010 Cuisine centrale des cantines municipales de Nantes ou sont preparés tous les menus
Nantes, le 13/10/2010 Cuisine centrale des cantines municipales de Nantes ou sont preparés tous les menus — © Fabrice ELSNER
  • Des parents d'élèves demandent à la ville de bannir les barquettes, assiettes et verres en plastique utilisés dans les écoles nantaises.
  • La mairie assure que la question est à l’étude depuis plusieurs mois déjà, même si aucune alternative n’a encore été trouvée.

Manger à la cantine est-il dangereux ? C’est ce que redoutent certains parents d’élèves nantais. Une pétition lancée en ligne fin octobre par un collectif adépassé les 1.600 signatures ce mercredi. Elle prône auprès de la mairie de Nantes « une cantine saine, responsable et respectueuse de la santé des enfants et de l’environnement ». Et demande notamment la fin des barquettes, des assiettes et des verres en plastique, utilisés dans les 113 écoles nantaises.

Alors que la guerre anti-plastique monte depuis quelques mois dans d’autres villes, la problématique a aussi gagné la Cité des ducs, où quelque 15.000 repas sont servis chaque jour. Tous préparés dans la cuisine centrale (actuellement en travaux), ils sont conditionnés dans des barquettes en plastique individuelles. Les portions sont ensuite livrées dans les écoles en fonction des effectifs et réchauffées au four dans leur contenant, avant d’atterrir dans les assiettes (en polycarbonate, une forme de plastique dure et légère) des écoliers.

Perturbateurs endocriniens

« Les parents sont tous très choqués lorsqu’on leur en parle, ils ne nous croient pas, assure Antoine Gilles, papa de deux fillettes de 4 et 7 ans et membre du collectif Cantine responsable 44. On a peur des substances toxiques et des perturbateurs endocriniens, chez des petits qui sont en plein développement et qui ont échappé de peu au bisphénol A [des biberons]. » Une crainte renforcée après que le Parlement a récemment demandé que le plastique soit banni des cantines d’ici à 2025. Certaines communes comme Strasbourg ou Nice se sont déjà engagées à y mettre fin, avant ce délai.

A la mairie de Nantes, on assure que la question est à l’étude depuis plusieurs mois déjà, même si aucune alternative n’a encore été trouvée. Récemment, l’utilisation de barquettes en cellulose a pourtant été testée. « Mais elles n’ont pas donné satisfaction car les plats en sauce les imbibaient complètement !, rapporte Catherine Choquet, adjointe (EELV) à la restauration scolaire. On espère que les industriels pourront travailler à de nouveaux matériaux, avec des prix accessibles, car aujourd’hui il y a un problème de faisabilité ».

Nantes, le 13/10/2010 Cuisine centrale des cantines municipales ou sont preparees tous les menus
Nantes, le 13/10/2010 Cuisine centrale des cantines municipales ou sont preparees tous les menus - © Fabrice ELSNER

Un retour à l’inox ?

Sauf que pour les parents mobilisés, il y a urgence. « Ce que l’on veut, c’est que la fin du plastique soit enclenchée au plus vite, espère Karen Belléguic, qui a créé le collectif Cantine sans plastique à Nantes. Il y a sûrement des solutions à mettre rapidement en place, comme le retour au verre trempé ou à l’inox. C’est important pour la santé de nos enfants, mais aussi en matière de réduction des déchets. »

« Les parents ont raison de se mobiliser s’ils veulent que les choses changent, même si je rappelle que des tests ont été réalisés sur la vaisselle par un laboratoire indépendant, avec des résultats rassurants, répond Catherine Choquet. Nous allons continuer à avancer sur le sujet en prenant aussi en compte les conditions de travail des agents, qui, avant le passage au plastique, faisaient état de bruit et de charges trop lourdes. »