Pyrénées: Plusieurs cabris sont nés cette année, ça va plutôt bien pour les bouquetins

BIODIVERSITE Le Parc national des Pyrénées a enregistré 15 nouvelles naissances de bouquetins cette année…

B.C.

— 

Un cabri dans le Parc national des Pyrénées.
Un cabri dans le Parc national des Pyrénées. — Alexandre Garnier / Parc national des Pyrénées

En 2000, le bouquetin disparaissait des Pyrénées. Quatorze ans plus tard, les premiers lâchers étaient organisés pour un retour de l’espèce sur les commets du massif. Depuis, 95 bouquetins ont été réintroduits dans les Pyrénées ariégeoises et 104 dans les Hautes-Pyrénées.

Et eux-mêmes ont participé à la reproduction. Selon un bilan dressé par le Parc national des Pyrénées, 15 cabris sont nés cette année sur son territoire, auxquels s’ajoutent les 13 naissances recensées dans les Pyrénées ariégeoises.

« Ces cabris sont exclusivement issus de femelles lâchées en 2014 et 2015 », indique le Parc, qui enregistre toutefois une baisse comparée à 2017 ou 21 naissances avaient été comptabilisées. En particulier sur le secteur de Gèdre-Gavarnie.

Pour ses responsables, cela s’explique en partie par un hiver long, l’isolement des femelles ou encore de jeunes bouquetins inexpérimentés. « Rien d’inquiétant pour autant et la reproduction de l’an prochain pourrait être tout à fait satisfaisante », prévient d’ores et déjà le Parc national des Pyrénées qui dénombre 140 bouquetins sur son territoire.