Montpellier: Sans collier, TF1 en immersion dans l'un des plus grands refuges de France

ANIMAUX Le refuge de la SPA Montpellier, l'un des plus grands de France, est l’objet d’une série documentaire sur TF1...

Jerome Diesnis

— 

Dans le refuge de la SPA-Montpellier
Dans le refuge de la SPA-Montpellier — Nicolas Bonzom / Agence Maxele Presse
  • La SPA-Montpellier a ouvert ses portes à une équipe de télévision pendant cinq semaines «afin de montrer la détresse de ces animaux, favoriser leur adoption et sensibiliser les propriétaires à la nécessité de stériliser leurs animaux», évoque la directrice de l’établissement.
  • Cet été, le refuge a accueilli près de deux fois plus d’animaux que son espace ne le permet.

La diffusion, dimanche, du premier volet, de la série documentaire Sans collier, a suscité un flot de réactions sur les réseaux sociaux. De personnes touchées par la détresse de ces animaux, par le dévouement des salariés et bénévoles de la SPA-Montpellier, mais aussi par le déchirement de ces maîtres contraints d’abandonner leurs animaux après des bouleversements dans leurs vies personnelles. Un regard souvent méconnu.

« Sensibiliser les propriétaires d’animaux à la stérilisation »

« Nous sommes partis sans a priori. Nous voulions connaître la vie d’un refuge, assez méconnue », explique Lyes Boudechiche, producteur exécutif à BBC Studios France Production, qui a réalisé le documentaire, diffusé pendant un mois le dimanche sur TF1 à 16 h 05. « Notre choix s’est porté sur celui de Montpellier car c’est l’un des plus importants de France. Et on a eu un coup de cœur pour le dévouement de l’équipe »

Tourné pendant cinq semaines cet été, Sans collier montre le quotidien d’un refuge submergé par les abandons. « Nous avons recueilli 730 chiens et chats. C’est l’une des pires périodes que nous ayons connu. C’est 40 % d’animaux de plus qu’en 2017 », évoque Annie Benezech, la directrice du refuge prévu pour accueillir jusqu’à 450 animaux.

« On a ouvert nos portes pour montrer l’enfer de l’abandon puis de la surpopulation et aider à l’adoption des animaux, bien sûr, reprend Annie Benezech. Mais aussi pour sensibiliser les gens à la stérilisation, première raison de l’accroissement exponentiel du nombre d’animaux recueillis. Cet été, le nombre de chatons et de chiots était extrêmement élevé ».

Leader auprès de l’ensemble du public (15,6 % de part d’audience) et des femmes en particulier (19,1 % de pda) le premier épisode a réuni 1,8 million de téléspectateurs.