Transport: Plusieurs régions intéressées par le train à hydrogène en France

ENERGIE Le député Benoit Simian va rendre dans quelques jours le rapport final de la mission sur le train à hydrogène en France…

Mickaël Bosredon

— 

Un train Regiolis.
Un train Regiolis. — Fred Scheiber/20Minutes/Sipa
  • Le député annonce à 20 Minutes qu’il sera possible pour les régions de signer un avenant à leur contrat avec Alstom pour déployer le train à hydrogène.
  • L’objectif du déploiement de l’hydrogène est de verdir le parc et de « sortir du diesel. » Environ 50 % des lignes ferroviaires en France ne sont pas électrifiées. Le passage à l’hydrogène serait ainsi une solution plus souple.
  • Une mise en service des premiers trains à hydrogène est toujours espérée avant 2022. En Allemagne, le premier train hydrogène a été inauguré en septembre.

Le député girondin Benoit Simian (LREM) va remettre dans les jours qui viennent son rapport final concernant le déploiement du train à hydrogène en France. Contacté par 20 Minutes, il annonce une série d’avancées notables sur ce projet.

Tout d’abord, Pierre Izard, le « M. Technologie de la SNCF », qui a rejoint la mission sur le train à hydrogène pilotée par Benoit Simian, « nous a annoncés il y a quelques jours qu’il sera possible pour les régions qui souhaitent déployer le train à hydrogène, de passer un avenant dans le cadre de leurs contrats Regiolis [le matériel ferroviaire acheté par les régions à Alstom] », explique le député. Alstom, qui vient de commercialiser sa technologie hydrogène sur des trains Coradia en Allemagne, est en effet en mesure de dupliquer celle-ci sur des trains Regiolis en France. « Cela va nous permettre d’aller plus vite », espère le député.

« On va verdir les crédits dans les contrats de plan Etat-Région »

Pour la question du financement, « on va pouvoir verdir les crédits dans les contrats de plan Etat-Région », poursuit Benoit Simian. « Par exemple, là où 45 millions d’euros étaient inscrits pour l’électrification de la ligne Bordeaux-Soulac, on remplacera simplement cette ligne de crédit par un achat de trains à hydrogène. »

Concernant les lignes ferroviaires où la technologie pourrait se déployer, Benoit Simian a sollicité les régions, et vient tout juste d’avoir plusieurs retours. Ainsi, en Nouvelle-Aquitaine, « le président du conseil régional Alain Rousset a fait part de son intérêt pour la ligne Bordeaux-Soulac donc, mais aussi Angoulême-Saintes-Royan, Bordeaux-Bergerac-Sarlat et Bordeaux-Périgueux-Limoges ». L’Occitanie, le Grand Est et Centre-Val-de-Loire seraient intéressées pour deux lignes chacune, Auvergne-Rhône-Alpes pour quatre à cinq lignes, et la Normandie pour une ligne.

Une technologie rentable sur des distances assez longues

« L’enjeu de l’hydrogène, insiste Benoit Simian, c’est la sortie du diesel. » Environ 50 % des lignes ferroviaires en France ne sont pas électrifiées, et une électrification coûte généralement assez cher. Le passage à l’hydrogène serait ainsi une solution plus souple. « Et on n’est plus dans l’expérimentation puisque le premier train hydrogène a été inauguré en Allemagne en septembre, et les Allemands ont commandé 14 trains pour 81 millions d’euros. »

L’hydrogène pourrait-il être déployé partout ? Non, répond l’élu. « C’est une technologie rentable sur des distances assez longues, comme Bordeaux-Soulac ou Bordeaux-Sarlat. Mais sur d’autres lignes on peut opter pour de l’hybride. » Enfin, sur la question de la sécurité, Benoit Simian assure que « l’Etablissement public de sécurité ferroviaire, qui homologue les trains sur le réseau ferré national, ne voit pas d’inconvénient au déploiement de l’hydrogène en France. »

Appelée aussi « zéro émission », la technologie de l’hydrogène est constituée d’une pile à combustible qui charge en électricité des batteries. Sur le toit, des réservoirs d’hydrogène alimentent les piles. Le train ne rejette que de la vapeur d’eau.

Le gouvernement espère un déploiement en France « avant 2022. »