Pays Basque: La colère d'un apiculteur après la perte de centaines de milliers d'abeilles

HECATOMBE Un apiculteur d’Anglet (Pyrénées-Atlantiques) a perdu en quelques jours les colonies de près de trente ruches, soit plusieurs centaines de milliers d’abeilles…

Mickaël Bosredon
— 
Le rucher a été détruit en deux à trois jours.
Le rucher a été détruit en deux à trois jours. — Jacques Salles
  • Le professionnel, très aguerri, incrimine une intoxication aux pesticides.
  • Alors qu’il exploite un rucher depuis une vingtaine d’années à cet endroit, il assure qu’il n’avait jamais vu pareille hécatombe.
  • Il attend les conclusions des services vétérinaires.

Il parle de « carnage ». Jacques Salles, apiculteur d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques) de 54 ans, qui « baigne dans ce milieu » depuis l’âge de 13 ans, a perdu il y a quelques jours la quasi-totalité de son rucher : 29 ruches sur 30, soit plusieurs centaines de milliers d’abeilles, considérant qu'il y avait « à peu près 20.000 à 30.000 abeilles par ruche » explique-t-il à 20Minutes.

Ce professionnel, qui possède une boutique à Bayonne (Loreztia), n'avait « jamais vu cela » alors que cela fait une vingtaine d’années qu’il exploite un rucher à cet endroit. « Ce rucher venait d’être renouvelé, il était donc en parfait état, insiste l’apiculteur. Et du jour au lendemain, j’ai vu un gros tas d’abeilles mortes devant une ruche. J’ai ouvert, et toute la colonie à l’intérieur était décimée », raconte-t-il.

De 900.000 à un million d'abeilles ont été décimées en deux-trois jours.
De 900.000 à un million d'abeilles ont été décimées en deux-trois jours. - M.Bosredon/20Minutes

Jacques Salles vérifie alors les autres ruches. « Lorsque je les ai ouvertes, j’ai vu des abeilles qui tremblaient, et qui tournaient sur elles-mêmes. Comme une mouche que vous viendriez de vaporiser avec un insecticide », se souvient-il.

« Elles sont toutes mortes en deux trois jours »

Insecticide. Le mot est lâché. Pour l’apiculteur, il ne fait « aucun doute » que ses abeilles ont été « intoxiquées. » « Elles sont toutes mortes en deux trois jours, cela n’offre pas beaucoup d’autres pistes. Et jusqu’ici elles étaient en parfaite santé. Elles ramenaient même beaucoup de pollen ces derniers temps, ce qui veut donc dire qu’elles allaient sur des fleurs. Comme il y en a relativement peu à cette époque de l’année, je suppose qu’elles allaient toutes au même endroit », explique-t-il. Et, les abeilles ont certainement butiné du pollen intoxiqué…

Mais Jacques Salles se garde bien toutefois d’échafauder la moindre hypothèse. « Cela peut-être beaucoup de choses : un épandage soudain, ou un particulier qui a pris peur en voyant un grand nombre d’abeilles sur sa haie… Je n’en sais rien », avoue-t-il. Toutefois, l’apiculteur espère que la venue des services vétérinaires samedi prochain permettra d’en savoir un peu plus.