Brésil: Pourquoi l'élection de Jair Bolsonaro est une menace pour la forêt amazonienne

ENVIRONNEMENT Les défenseurs de l’environnement redoutent que la forêt amazonienne ne soit sacrifiée aux intérêts des lobbys de l’agrobusiness…

20 Minutes avec agence

— 

Photo publiée par l'institut brésilien Ibama montrant une zone touchée par la déforestation en Amazonie, le 21 mars 2014
Photo publiée par l'institut brésilien Ibama montrant une zone touchée par la déforestation en Amazonie, le 21 mars 2014 — HO Ibama

Les défenseurs de l’environnement au Brésil ne cachent pas leur inquiétude. A quelques jours de l’élection présidentielle, qui aura lieu dimanche 28 octobre, le candidat favori, Jair Bolsonaro, n’apparaît pas préoccupé par les questions écologiques. Plus inquiétant, le représentant de l’extrême droite brésilienne envisage d’ouvrir la forêt amazonienne à l’exploitation minière, rapporte Le Figaro.

Bien qu’il assure vouloir rester dans l'accord de Paris sur le climat, celui qui est parfois surnommé le « Trump tropical » ne semble donc pas faire de l’environnement une priorité. Loin de là. Le grand favori du scrutin prévoit ainsi de faire fusionner les ministères de l’Environnement et de l’Agriculture. Le ministère créé serait ensuite confié au puissant groupe parlementaire de l’agrobusiness, qui milite depuis plusieurs années pour un assouplissement des règles environnementales au profit de l’extension des terres agricoles.

Des associations très inquiètes

A l’heure du changement climatique, cette position radicale inquiète les associations de défense de l’environnement. « Bolsonaro n’a pas de propositions pour l’environnement. Il n’a que des menaces pour l’environnement », affirme Marcio Astrini, coordinateur des politiques publiques de Greenpeace Brésil, cité par Le Figaro.

Jair Bolsonaro souhaite aussi retirer à la Funai, l’organisme chargé de la protection des Indiens, le droit de délimiter leurs terres. Cette mesure entraînerait une hausse de l’occupation illégale des terres et une aggravation du déboisement. « La conséquence peut être une hausse de la déforestation dans un court espace de temps », avertit Marcio Astrini.

En 2017, la forêt amazonienne a diminué de 7 000 km². Selon les chiffres cités par le quotidien, entre juin et septembre 2017, le déboisement a bondi de 36 % par rapport à la même période l’année précédente. Aujourd’hui, le Brésil est le sixième pollueur mondial. Le déboisement et l’agriculture sont les principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre du pays, devant les énergies fossiles.