La disparition des animaux sauvages s'accélère selon un nouveau rapport de WWF

BIODIVERSITE Tous les deux ans, l’ONG internationale publie son rapport « Planète vivante » qui fait le point sur l’abondance d’animaux sauvages dans le monde. La dernière édition, publiée ce mardi, a pris en compte 16.700 populations et dresse de nouveau un constat alarmant…

Fabrice Pouliquen

— 

Le Népal est parvenu depuis 2010 à doubler sa population de tigres sauvages. La preuve pour WWF que la nature repart très vite du moment qu'on la laisse tranquille.
Le Népal est parvenu depuis 2010 à doubler sa population de tigres sauvages. La preuve pour WWF que la nature repart très vite du moment qu'on la laisse tranquille. — HO / DEPT OF PARKS AND CONSERVATION / AFP
  • Entre 1970 et 2014, les populations d’animaux vertébrés - poissons, oiseaux, mammifères…- ont chuté de 60 % au niveau mondial, pointe ce mardi le nouveau rapport «Planète Vivante» de WWF.
  • La principale menace qui pèse sur le vivant sauvage est la dégradation et la perte des habitats de ces animaux. Suivent la surexploitation, les espèces invasives, la pollution ou encore le réchauffement climatique.
  • Tout n’est pas noir tout de même : « quand on la laisse tranquille, la nature repart très vite », assure WWF en multipliant les exemples. Il reste à prendre les mesures internationales pour la conserver. En cela, 2020 sera une année cruciale.

Se dirige-t-on vers une disparition du monde sauvage sur Terre ? La question est une nouvelle fois posée par WWF qui sort ce mardi une nouvelle édition de son rapport Planète vivante.

« C’est notre grand rapport scientifique », glisse Pascal Canfin, directeur général du WWF France. Tous les deux ans depuis 1998, l’ONG internationale fait un point sur l’état des populations d’animaux vertébrés dans le monde. Mammifères, oiseaux, poissons, reptiles et amphibiens… La dernière édition de Planète vivante s’est penchée sur l’état de conservation de 16.700 populations représentant 4.005 espèces. Les relevés de population ont été faits à travers des milliers de points d’évaluation à travers le monde.

Une chute de 60 % depuis 1970, 89 % même en Amérique du Sud

Il en ressort un tableau général alarmant. « Entre 1970 et 2016, les populations de vertébrés que nous avons étudiées ont chuté de 60 % au niveau mondial, indique Pascal Canfin. Cette chute s’est encore accélérée ces dernières années. Le rapport Planète vivante de 2016, le dernier en date qui se basait sur des données de 2014, constatait une baisse générale de 58 % toujours par rapport à 1970. » Les observations de WWF s’inscrivent dans la veine de l’étude publiée dans la revue Proceedings of the Nationale Academy of Sciences (PNAS) à l’été 2017 et qui avait fait grand bruit en concluant à un recul massif des animaux vertébrés sur Terre au point de devoir parler d’une « sixième extinction de masse des espèces ».

60 % est la baisse moyenne mondiale. Les tropiques, l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale enregistrent des déclins plus important encore avec une perte de 89 % par rapport à 1970. A l’inverse, les populations du Néarctique (Amérique du Nord, nord du Mexique et Groenland) et du Paléarctique (Europe, Afrique du Nord, Moyen-Orient et deux-tiers nord de l’Asie) s’en sortent mieux avec des déclins de population respectivement de 23 et 31 %.

Dégradation et perte d’habitat comme première menace

La dégradation et la perte d’habitat de ces animaux sauvages sont la première cause à ce déclin de population. « C’est l’artificialisation des sols, la déforestation en Amazonie pour la culture du soja ou en Asie du Sud-Est pour celle de l’huile de palme », illustre Pascal Canfin. Vient ensuite la surexploitation, menace qui pèse en particulier sur les poissons. Depuis plus de 20 ans, les captures mondiales stagnent autour de 100 millions de tonnes de poissons par an alors que les capacités de pêche (nombre et puissance des bateaux) ne cessent d’augmenter. Cette surexploitation se pose aussi sur les terres. Via le braconnage notamment. Le trafic d’ivoire cause la mort de 20.000 à 30.000 éléphants chaque année [soit 100 par jour environ], évalue WWF. « Or, il reste environ 465.000 éléphants dans le monde en comptant les populations d’Asie et d’Afrique, soit l’équivalent d’une ville comme Lyon », rappelle Pascal Canfin.

Les espèces invasives – introduites volontairement ou involontairement par l’homme dans un milieu qui n’était pas le leur – complètent le tableau des menaces avec la pollution ou le changement climatique.

« La nature repart très vite du moment qu’on la laisse tranquille »

Si les chiffres inquiètent, la situation n’est pas désespérée, insiste WWF. C’est un avantage qu’a d’ailleurs cet enjeu de la préservation de la biodiversité sur celui du réchauffement climatique. « Il n’y a pas de solutions aujourd’hui pour retirer de l’atmosphère le surplus de gaz à effet de serre que l’on émet, rappelle le directeur de WWF France. En revanche, du moment que nous la laissons tranquille et que nous prenons des mesures pour la préserver, la nature repart très vite. »

Les pandas sauvages en Chine, les saumons de la Loire, les thons rouges en mer Méditerranée et en Atlantique, les baleines bleues… Plusieurs espèces ont ainsi vu leurs populations repartir à la hausse grâce à l’arrêt de la pêche et/ou l’instauration de programme de conservation. Les tigres sauvages sont un autre exemple. En 2010, alors que la population mondiale de tigre était estimée à moins de 3.200 individus, treize pays de sa zone de répartition naturelle [en Asie] s’étaient engagés à doubler la population d’ici 2022. « Le Népal y est d’ores et déjà parvenu sur son territoire et la population globale repartait à la hausse en 2016, indique Valérie Gramond, directrice des programmes de conservation au WWF. Or, en protégeant le tigre, le pays préserve du même coup des forêts entières et six bassins-versants qui alimentent en eau les grands centres urbains d’Inde, de Malaisie, de Thaïlande… »

C’est un autre point sur lequel insiste WWF. Préserver la biodiversité, c’est aussi s’assurer de la continuité des services que nous fournit à ce jour gratuitement la nature. La pollinisation, la production de nutriment nécessaire à la croissance des plantes, l’épuration naturelle des eaux, la production d’oxygène…

Pascal Canfin renvoie alors à une étude menée en 2014 par l’économiste américain Roberto Costanza et qui concluait que la valeur de ces services écologiques globaux fournis par la nature s’élevait à 125 milliards de dollars par an (110 milliards d’euros). « Soit près de 1,5 fois le PIB mondial, rappelle le directeur général de WWF France. Autrement dit, notre économie dépend très fortement de ces services écologiques. »

Une année 2020 cruciale

La communauté internationale s’est d’ores et déjà fixé l’objectif de zéro perte supplémentaire du vivant d’ici 2030. C’est l’un des 17 objectifs de développements durables définis en 2015 par les Nations Unies. Pour y parvenir, il faudra en passer par des accords internationaux concrets, à l’image du processus en cours sur le réchauffement climatique. 2020 sera une année cruciale sur ce point avec le congrès de l’ UICN (Union internationale pour la conservation de la Nature) à Marseille en juin, suivi de la Convention sur la diversité biologique (COB) l’équivalent des COP sur le climat, en novembre à Pékin.

En parallèle, WWF veut impliquer dès à présent d’autres acteurs sur le sujet. « Les banques de développement, les collectivités locales, les entreprises en faisant en sorte qu’elles s’engagent à ce que leurs activités ne se fassent plus au détriment de la préservation de la biodiversité, explique Pascal Canfin. « Sans oublier les consommateurs qui, à leur échelle, par leurs achats, peuvent lutter contre la déforestation ou limiter les atteintes à la fertilité des sols ou la surexploitation de certaines espèces », complète Valérie Gramond.